Taner Kiliç, Idil Eser et les autres défenseur·e·s des droits humains arrêté·e·s en même temps qu'elle en Turquie. © Amnesty International
Taner Kiliç, Idil Eser et les autres défenseur·e·s des droits humains arrêté·e·s en même temps qu'elle en Turquie. © Amnesty International

Turquie Jusqu’à 16 ans de prison requis contre les défenseurs des droits humains

Communiqué de presse publié le 9 octobre 2017, Londres/Genève. Contact du service de presse
Le parquet a déposé un acte d'inculpation réclamant jusqu'à 16 ans d'emprisonnement pour des accusations de terrorisme à l’encontre de 11 militants des droits humains, dont Idil Eser et Taner Kiliç, la directrice et le président d'Amnesty International Turquie.

En réaction à cette information, John Dalhuisen, directeur du programme Europe d’Amnesty International a déclaré: «Cette inculpation scandaleuse ne contient aucun nouvel élément de preuve et se contente de reprendre d’absurdes allégations contre quelques-uns des défenseurs des droits humains les plus en vue en Turquie. Ces activistes courageux languissent en prison depuis des mois sans aucun autre motif que leur foi en les droits humains. Ne seraient-ils restés qu’un jour derrière les barreaux que cela aurait déjà constitué une grave injustice.» 

«Ces inculpations ne sont qu’un tissu sordide de contre-vérités et d’insinuations, et pointent sévèrement du doigt les défauts du système judiciaire turc. La cour doit les rejeter intégralement et faire en sorte que nos amis et collègues soient libérés immédiatement et sans conditions.»