Les autorités ont du procéder à des coupures pour éviter de surcharger les installations endommagées. En conséquence, de nombreux services sont à l'arrêt. © 2022 SOPA Images
Les autorités ont du procéder à des coupures pour éviter de surcharger les installations endommagées. En conséquence, de nombreux services sont à l'arrêt. © 2022 SOPA Images

Ukraine Les coupures de courant minent la population civile

Communiqué de presse du 21 décembre 2022, Londres, Berne – Contact du service de presse
Les attaques délibérées et illégales de l’armée russe contre les infrastructures énergétiques ukrainiennes plongent la population civile dans le désarroi. Soins, éducation, alimentation : de nombreux services essentiels sont interrompus par les coupures de courant.

Les attaques incessantes des forces armées russes contre les infrastructures énergétiques essentielles de l'Ukraine constituent une violation flagrante du droit international humanitaire. Elles mettent en danger la vie de la population civile, à l'heure où les températures glaciales s'installent. Amnesty International demande à la Russie de mettre fin à ses attaques ciblées illégales contre les infrastructures civiles.

«Les civils ukrainiens ne subissent pas uniquement les pertes tragiques en vies humaines, mais également les conséquences des tactiques criminelles de la Russie.»
Denis Krivosheev, directeur adjoint du programme Europe orientale et Asie centrale d'Amnesty International

«Alors que de nombreux pays entrent dans la période des fêtes de fin d'année, que les rues sont inondées de lumières de Noël, le monde doit se souvenir de l'Ukraine qui continue d'être impitoyablement plongée dans l'obscurité par les attaques soutenues, délibérées et illégales de la Russie contre ses infrastructures énergétiques», a déclaré Denis Krivosheev, directeur adjoint du programme Europe orientale et Asie centrale d'Amnesty International.

«Les civils ukrainiens ne subissent pas uniquement les pertes tragiques en vies humaines infligées par la guerre d'agression de la Russie, mais également les conséquences des tactiques criminelles de la Russie, spécifiquement conçues pour accroître la souffrance humaine.»

Les attaques de la Russie contre les infrastructures énergétiques essentielles de l'Ukraine, qui durent depuis des mois, empêchent les civils ukrainiens d'accéder à l'éducation, aux soins de santé et à la nourriture. Elles exposent les gens au gel à l’intérieur de leurs propres maisons.

Amnesty International s'est entretenue avec des habitant·e·s de toute l'Ukraine, qui ont décrit en détail l'impact des attaques de la Russie sur leur vie quotidienne.

Crise du système de santé exacerbée

Olena* a déclaré à Amnesty International : «Nous subissons constamment des raids aériens. En ce moment, il y en a un en cours. Lors de ces attaques, aucune institution qui fournit des services de santé – comme les cliniques, les hôpitaux privés, les autres institutions, les magasins, les transports publics – ne peut fonctionner.»

Olena avait rendez-vous avec son fils pour un contrôle général et des vaccins. Mais la clinique l'a appelée pour lui dire de ne pas venir car un raid était en cours. Il lui a fallu plus d'une journée pour se rendre à son rendez-vous, provoquant des retards en cascade pour les autres personnes en attente de soins médicaux.

Outre l'accès limité aux contrôles médicaux de routine, des interventions chirurgicales sont pratiquées dans des conditions qui mettent la vie des patient·e·s en danger. Kateryna* a raconté à Amnesty International qu'elle craignait que les coupures de courant n'affectent son rendez-vous en chirurgie : «Mon opération devait se faire avec une machine laser. Le médecin m’a dit qu'ils allaient essayer de faire ça rapidement. J'étais très nerveuse.»

Éducation des enfants compromise

Manquer un seul jour d'école peut avoir un impact durable sur les progrès scolaires d'un enfant. En raison des coupures de courant permanentes en Ukraine, de nombreux enfants ne peuvent pas aller à l'école, que ce soit en personne ou en ligne. Ceux qui parviennent à se rendre à l'école doivent faire des trajets dans l'obscurité totale, ce qui peut mettre leur vie en danger.

«Comme les feux de circulation et les lampadaires ne fonctionnent pas pendant les coupures de courant, c’est parfois le chaos. Le taux de mortalité des piétons sur les routes a augmenté.»
Kateryna (prénom d'emprunt)

«Comme les feux de circulation et les lampadaires ne fonctionnent pas pendant les coupures de courant, c’est parfois le chaos. Tout le monde conduit dans des directions différentes. Lorsque vous allez en classe avec votre enfant et que vous revenez à la tombée de la nuit, vous devez faire attention à chaque carrefour ou passage à niveau. Le taux de mortalité des piétons sur les routes a augmenté», a déclaré Kateryna.

«L'éducation est le fondement d'une société qui fonctionne, or en Ukraine, la Russie vise délibérément les infrastructures civiles, y compris les écoles. Les enfants ne peuvent même pas étudier à distance en raison du manque d'électricité et de chauffage. La Russie sape le présent du pays – et son avenir», a déclaré Denis Krivosheev.

La santé et le bien-être menacés

Les enfants ne souffrent pas seulement de la fermeture des écoles due à l'agression russe. Ils endurent également des températures glaciales et des pénuries alimentaires, car les coupures de courant ne permettent pas de conserver la nourriture.

«Il y a peu d'options pour cuisiner. Nourrir un enfant avec des saucisses tous les jours n’est pas idéal, mais on ne peut pas cuisiner d’autres aliments car il faut une heure et demie pour faire cuire quoi que ce soit… Alors je prépare du couscous et des saucisses à la vapeur», explique Olena.

«Tout cela est très stressant. Penser à charger tous les appareils, trouver le temps de faire à manger. Quand les lumières sont allumées, vous devez tout faire en même temps, vous ne vous détendez pas. En fait, vous ne vous détendez jamais vraiment. Et à cause de ça, vous êtes constamment en tension.»

Les groupes marginalisés sous pression

Les coupures de courant ont un impact accru sur les personnes handicapées, les personnes âgées et les personnes à faibles revenus.

Les personnes à mobilité réduite ont du mal à sortir de leurs immeubles. Certain·e·s résident·e·s ont installé des packs d'urgence dans les ascenseurs, qui comprennent des chaises, de l'eau et de la nourriture, au cas où quelqu'un serait piégé pendant une panne d'électricité.

L'impact sur la santé mentale, ainsi que sur la santé physique, peut également être dévastateur. Tetyana* a déclaré à Amnesty International : «Je connais des gens qui ne sortent pas parce qu'ils ne peuvent pas monter les escaliers sans ascenseur.»

Beaucoup de personnes à faible revenu ont du mal à couvrir le coût du chauffage de leur maison individuelle pendant les coupures de courant. Les générateurs, les chauffages d’appoint au gaz et les bonbonnes viennent alourdir considérablement les factures des ménages.

Informations complémentaires

Malgré les tentatives de réparation des infrastructures civiles endommagées, les autorités ukrainiennes ont été contraintes d'instaurer des coupures de courant planifiées pour éviter que les infrastructures énergétiques restantes du pays ne soient surchargées. En octobre 2022, au moins 40 % des installations énergétiques du pays avaient été sérieusement endommagées. En décembre, les autorités ukrainiennes ont déclaré que plus de 50 % des consommateurs·trices d'énergie du pays avaient vu leur alimentation en électricité coupée.

Amnesty International appelle à la fin de l'agression russe en Ukraine et demande à la communauté internationale de se souvenir du sort de la population civile ukrainienne, et de la soutenir à l'approche de l'hiver.

 

*Prénom d’emprunt