Ali al-Nimr,  Dawood al-Marhoon, Abdullah al-Zaher (de gauche à droite) © Privés
Ali al-Nimr, Dawood al-Marhoon, Abdullah al-Zaher (de gauche à droite) © Privés

Arabie saoudite: Action lettre pour Ali al Nimr, Abdullah al Zaher et Dawood al Marhoon Mineurs condamnés à mort

Lettres contre l'oubli de mars 2016
Le 14 février 2012, Ali al Nimr, alors âgé de 17 ans seulement, a été arrêté en Arabie saoudite après avoir participé à une manifestation contre le gouvernement. Abdullah al Zaher et Dawood al Marhoon, qui avaient respectivement 16 et 17 ans, ont été arrêtés à leur tour peu après. Quatre ans plus tard, Ali, Abdullah et Dawood sont toujours en prison, où ils attendent leur exécution.

En octobre 2014, le tribunal pénal spécial chargé des infractions à caractère terroriste a condamné les trois hommes à la peine capitale à l’issue de procès contraires aux règles d’équité les plus élémentaires. Le tribunal semble avoir fondé sa décision sur des «aveux» qui, selon Ali, Abdullah et Dawood, leur ont été extorqués sous la torture et d’autres mauvais traitements. Aucun d’entre eux n’a été autorisé à voir son avocat pendant sa détention provisoire. Qui plus est, Ali al Nimr n’a pas pu consulter son avocat après sa condamnation à mort et n’a donc pas été en mesure de faire appel.

Leurs peines ont été confirmées par une cour d’appel et la Cour suprême en 2015 sans qu’eux-mêmes, leurs familles ou leurs avocats en aient été informés. Toutes les voies de recours étant désormais épuisées, Ali, Abdullah et Dawood peuvent être exécutés à tout moment si leur peine est ratifiée par le roi.

PROPOSITION DE LETTRE ET REVENDICATIONS

Sire,

En octobre 2014, le tribunal pénal spécial chargé des infractions à caractère terroriste a condamné les trois hommes Ali al Nimr, Abdullah al Zaher et Dawood al Marhoon à la peine capitale à l’issue de procès contraires aux règles d’équité les plus élémentaires.
Le tribunal semble avoir fondé sa décision sur des «aveux» qui, selon Ali, Abdullah et Dawood, leur ont été extorqués sous la torture et d’autres mauvais traitements. Aucun d’entre eux n’a été autorisé à voir son avocat pendant sa détention provisoire. Qui plus est, Ali al Nimr n’a pas pu consulter son avocat après sa condamnation à mort et n’a donc pas été en mesure de faire appel.

Leurs peines ont été confirmées par une cour d’appel et la Cour suprême en 2015 sans qu’eux-mêmes, leurs familles ou leurs avocats en aient été informés.

Je suis très préoccupé·e par cette situation et je vous demande, Votre Majesté, de
veiller à ce que la déclaration de culpabilité et la condamnation d'Ali al Nimr, Abdullah al Zaher et Dawood al Marhoon soient annulées et qu’ils bénéficient d'un deuxième procès qui soit conforme au droit international et aux normes internationales, et à l’issue duquel ils ne risquent pas la peine de mort;
• d’ordonner l’ouverture d’une enquête indépendante sur les allégations de torture et autres mauvais traitements formulées par les trois hommes.

Dans cette attente, je vous prie de croire, Votre Majesté, à l’expression de ma haute considération.
 

Adresser la lettre à

Roi et Premier ministre
His Majesty Salman bin Abdul Aziz Al Saud
The Custodian of the two Holy Mosques
Office of His Majesty the King
Royal Court, Riyadh
Royaume d’Arabie saoudite

Fax (via le ministère de l’Intérieur): +966 11 403 3125 (Soyez persévérant-e)
Twitter : @KingSalman

Formule d’appel : Your Majesty, / Sire, (Votre Majesté, dans le corps du texte)

Copies à

Ambassade du Royaume d'Arabie Saoudite
Kirchenfeldstrasse 64
3005 Berne

Fax: 031 351 45 81
E-mail: saudia.be@bluewin.ch // chemb@mofa.gov.sa

 

Vous trouverez un modèle de lettre en français à la page 6 du fichier Word ici.