Waleed Abu al-Khair © Droits réservés
Waleed Abu al-Khair © Droits réservés

Arabie saoudite: Action lettre terminée pour Waleed Abu al Khair Inquiétudes pour un défenseur des droits humains détenu

Lettres contre l'oubli de mai 2020
En juillet 2014, Waleed Abu al Khair, avocat et défenseur des droits humains, a été condamné à 15 ans de prison, à une interdiction de voyager et à une amende élevée. Il a représenté de nombreuses victimes de violations des droits de l'homme devant les tribunaux - notamment le blogueur Raif Badawi qui est aussi en prison.

Le 6 juillet 2014, Waleed Abu al Khair a été condamné par le Tribunal pénal spécial à 15 ans de prison (dont cinq avec sursis), à une interdiction de voyager de 15 ans et à une amende s’élevant à 200'000 riyals (environ 39'000 euros) pour des «crimes» liés au terrorisme. Le 12 janvier 2015, sa sentence a été confirmée en appel par la même juridiction.

Waleed Abu al-Khair a représenté de nombreuses victimes de violations des droits humains devant les tribunaux - notamment le blogueur Raif Badawi - bien que les autorités saoudiennes aient tenté pendant des années de l'intimider et de le faire taire. En septembre 2018, Waleed Abu al-Khair a reçu en l’absence le prix Nobel alternatif de la Stockholm Right Livelihood Award Foundation.

Le 9 janvier 2020, Waleed Abu al Khair a été hospitalisé à la suite de sa grève de la faim qui a détérioré son état de santé. Le 6 février 2020, il a mis un terme à cette grève de la faim d’environ deux mois, après que les autorités saoudiennes l’ont déplacé de l’aile de haute sécurité de la prison vers sa cellule habituelle.


Action lettre terminée