Egypte La vie d’un blogueur en jeu après le report de son procès en appel

4 octobre 2011
Les autorités militaires égyptiennes portent la responsabilité de la vie d’un blogueur emprisonné, qui en est à son 43e jour de grève de la faim, après qu'un tribunal militaire du Caire eut reporté au 11 octobre 2011 son jugement en appel.

Maikel Nabil Sanad, 26 ans, a entamé une grève de la faim le 23 août 2011 afin de protester contre sa déclaration de culpabilité et son emprisonnement pour des propos publiés sur Facebook et sur son blog faisant état de son opinion sur les manifestations de la place Tahrir plus tôt cette année et sur l’armée en Égypte.

Maikel Nabil Sanad, dont l’état de santé s’est considérablement dégradé ces derniers jours, n’a pas pu assister à l’audience du 4 octobre 2011 au Caire.

«La difficile situation de Maikel Nabil Sanad illustre les abus que continuent à subir les prisonniers d'opinion en Égypte», a déclaré Hassiba Hadj Sahraoui, directrice adjointe du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d’Amnesty International.


Tribunaux militaires inéquitables envers les civils

«Les civils ne devraient jamais être jugés par des tribunaux militaires, dont le fonctionnement est fondamentalement inique car il prive les accusés des garanties élémentaires d’équité des procès, et notamment du droit à faire appel en bonne et due forme.

«Il semble que peu de choses aient changé depuis la «révolution du 25 janvier». Les autorités égyptiennes doivent agir de toute urgence pour remédier à l’injustice faite à ce blogueur, dont la vie est en danger du fait de son emprisonnement injustifié.»

Un avocat le représentant a déclaré qu’il n’avait pas été en mesure de plaider lors de l’audience du 4 octobre 2011 parce que le juge présidant le tribunal ne disposait pas du dossier original dans la salle d’audience. Selon lui, le report était intentionnel.

Dans le cadre du système des tribunaux militaires en Égypte, les appels sont limités à des points d’ordre juridique et n’offrent pas la possibilité de réexaminer les faits ni les preuves.


Condamné pour avoir protesté pour la paix

Après avoir été appréhendé à son domicile, au Caire, le 28 mars 2011, Maikel Nabil Sanad a été condamné par un tribunal militaire le 10 avril 2011 à trois ans de prison pour avoir condamné le recours de l’armée égyptienne à la force face aux manifestants sur la place Tahrir et parlé de son objection au service militaire.

Le blogueur a perdu beaucoup de poids depuis qu’il a entamé cette grève de la faim, et les autorités carcérales l’ont privé de médicaments dont il a besoin pour ses problèmes cardiaques.

«Cet ajournement revient à condamner Maikel à mort, car il a juré qu’il arrêterait de boire de l’eau s’il n’était pas relâché aujourd’hui», a déclaré son père, Ibrahim Nabil Sanad, à Amnesty International.

Merci pour votre don

Votre engagement est notre force. Merci pour votre don