Aser Mohamed © Droits réservés
Aser Mohamed © Droits réservés

Egypte: Action lettre pour Aser Mohamed Mineur en prison après «aveu» sous torture

Lettres contre l'oubli de septembre 2017
Aser Mohamed a été placé en détention le 12 janvier 2016 par des policiers en armes et des membres de l’Agence de sécurité nationale en civil suite à la perquisition de son domicile familial. Les policiers n’ont présenté aucun mandat d’arrêt ou de perquisition et ont refusé de dire à la famille où ils l’emmenaient.

Ils se sont contentés de dire qu’ils avaient l’intention de l’interroger brièvement et qu’ils le ramèneraient deux heures plus tard environ. Or, Aser Mohamed a été détenu au secret pendant 34 jours. Pendant tout ce temps, les autorités ont nié le détenir et sa famille ne savait pas où il se trouvait.

Le 15 février 2016, le Procureur général de la sûreté de l’État a interrogé Aser Mohamed au tribunal du Nouveau Caire en l’absence de son avocat, en violation de la loi égyptienne disposant que toute personne de moins de 15 ans est du ressort de la justice des mineurs. La police l’a transféré le jour même au camp des forces centrales de sécurité de Guizeh, à 10,5 kilomètres au nord du Caire, où il est toujours détenu, et l’a finalement autorisé à appeler sa famille et son avocat. Pendant sa disparition forcée, la police a détenu Aser Mohamed illégalement dans les locaux de l’Agence de sécurité nationale avec des détenus majeurs. L’adolescent a confié à sa famille que des membres de l’Agence de sécurité nationale l’avaient torturé les trois premiers jours pour le forcer à «avouer» avoir participé à l’attentat du 7 janvier 2016 contre l’hôtel Three Pyramids de Guizeh, au sud-ouest du Caire, et avoir poussé d’autres personnes à commettre des infractions. Il a ajouté que des agents lui avaient administré des décharges électriques et l’avaient suspendu par les membres pendant des heures dans des positions douloureuses. L’Agence de sécurité nationale a refusé de le laisser voir un médecin et le procureur s’est opposé à l’ouverture d’une enquête sur ses allégations de disparition forcée et de torture et autres mauvais traitements. Le procureur a accepté ses aveux, alors que ses avocats affirment que les membres de l’Agence de sécurité nationale les lui ont arrachés sous la torture. Aser Mohamed a expliqué que le procureur avait menacé de le renvoyer à l’Agence de sécurité nationale pour être torturé à nouveau s’il tentait de revenir sur ses déclarations.

PROPOSITION DE LETTRE

Monsieur le Président,

Le mineur Aser Mohamed a été placé en détention le 12 janvier 2016 par des policiers en armes et des membres de l’Agence de sécurité nationale en civil suite à la perquisition de son domicile familial. Aser Mohamed a été détenu au secret pendant 34 jours. Pendant tout ce temps, les autorités ont nié le détenir et sa famille ne savait pas où il se trouvait.
Le 15 février 2016, le Procureur général de la sûreté de l’État a interrogé Aser Mohamed au tribunal du Nouveau Caire en l’absence de son avocat, en violation de la loi égyptienne. La police l’a transféré le jour même au camp des forces centrales de sécurité de Guizeh, où il est toujours détenu, et l’a finalement autorisé à appeler sa famille et son avocat.
Pendant sa disparition forcée, la police a détenu Aser Mohamed illégalement dans les locaux de l’Agence de sécurité nationale avec des détenus majeurs. L’adolescent a confié à sa famille que des membres de l’Agence de sécurité nationale l’avaient torturé les trois premiers jours pour le forcer à «avouer» avoir participé à l’attentat du 7 janvier 2016 contre l’hôtel Three Pyramids de Guizeh, et avoir poussé d’autres personnes à commettre des infractions. Il a ajouté que des agents lui avaient administré des décharges électriques et l’avaient suspendu par les membres pendant des heures dans des positions douloureuses. L’Agence de sécurité nationale a refusé de le laisser voir un médecin et le procureur s’est opposé à l’ouverture d’une enquête sur ses allégations de disparition forcée et de torture et autres mauvais traitements. Le procureur a accepté ses aveux, alors que ses avocats affirment que les membres de l’Agence de sécurité nationale les lui ont arrachés sous la torture. Aser Mohamed a expliqué que le procureur avait menacé de le renvoyer à l’Agence de sécurité nationale pour être torturé à nouveau s’il tentait de revenir sur ses déclarations.

Je suis très préoccupé·e par cette situation et je vous demande, Monsieur le Président, de libérer Aser Mohamed immédiatement, de prendre des mesures de protection pour qu’Aser Mohamed ne soit ni torturé ni soumis à d’autres formes de mauvais traitements, et de lui permettre de consulter son avocat, de recevoir des soins médicaux et de voir sa famille sans restriction.
Veuillez diligenter une enquête impartiale et efficace sur sa détention illégale, sa disparition forcée et ses allégations de torture et autres mauvais traitements et poursuivre les responsables présumés de ces actes dans le cadre d'une procédure équitable, sans recours à la peine de mort.

Dans cette attente, je vous prie de croire, Monsieur le Président, à l’expression de ma haute considération.

Adresser la lettre
... au Président de la République

Abdel Fattah al-Sisi, President
Office of the President
Al Ittihadia Palace
Cairo, Egypt

Fax: +202 2391 1441
E-mail: p.spokesman@op.gov.eg
Twitter: @AlsisiOfficial
FB: https://www.facebook.com/AlSisiofficial/

Formule d’appel : Your Excellency, / Monsieur le Président,

... et au Procureur général

Nabil Sadek, Public Prosecutor
Office of the Public Prosecutor
Madinat al-Rehab
New Cairo
Egypt

Formule d’appel: Dear Public Prosecutor,/ Monsieur le Procureur général,


Copies à

ADJOINTE AU MINISTRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES, CHARGÉE DES DROITS HUMAINS:
Laila Bahaa Eldin, Ministry of Foreign Affairs, Corniche el-Nile, Cairo, Égypte.
Fax: +202 2574 9713 / E-mail: contact.us@mfa.gov.eg / Twitter: @MfaEgypt

 Ambassade de la République Arabe d'Egypte, Elfenauweg 61, 3006 Berne.
Fax: 031 352 06 25 / E-mail: embassy.bern@mfa.gov.eg 

 

Vous trouverez deux modèles de lettre en français sur les pages 4 et 5 du fichier Word ici.


Taxe postale: Europe: CHF 1.50 / autres pays: CHF 2.00