Hanan Badr el-Din © Droits réservés
Hanan Badr el-Din © Droits réservés

Action lettre pour Hanan Badr el Din Détention prolongée pour une défenseure des droits humains

Lettres contre l'oubli d'août 2018
Hanan Badr el Din est une défenseure des droits humains et la cofondatrice de l’Association des familles de victimes de disparition forcée. Elle a commencé son travail de défense des droits humains après la disparition forcée de son mari, Khalid Ezz el Din, lors d’une manifestation le 27 juillet 2013. Hanan Badr el Din a été arrêtée le 6 mai 2017 à la prison de Qanatar (nord du Caire), alors qu’elle rendait visite à des personnes qui avaient été victimes de disparitions forcées, dans le but de découvrir ce qu’il était advenu de son mari. Elle est depuis en détention dans l’attente d’une enquête pour des accusations d’appartenance à un groupe interdit.

Amnesty International considère que ces accusations sont forgées de toutes pièces et que Hanan Badr el Din est une prisonnière d’opinion, détenue en raison de son militantisme pacifique et de l’exercice de son droit à la liberté d’expression. L’ordre de détention de Hanan Badr el Din est réexaminé tous les 45 jours et les autorités ont jusque-là toujours décidé de le renouveler.

Hanan Badr el Din souffre d’une maladie génétique et son état de santé s’est détérioré pendant sa détention. Sa famille lui faisait régulièrement parvenir son traitement, mais la semaine avant le 2 février, les autorités pénitentiaires ont indiqué à ses proches qu’elles n’accepteraient que des ordonnances ou des diagnostics d’hôpitaux publics. Après avoir évalué la situation avec la famille de Hanan, Amnesty a publié une action urgente le 2 février appelant les autorités pénitentiaires à veiller à ce qu’elle bénéficie immédiatement des soins médicaux dont elle a besoin. La famille de Hanan a été autorisée à lui fournir le traitement nécessaire pour stabiliser son état de santé le 22 février. Le cas de Hanan figurait dans la campagne Écrire pour les droits 2017.

Proposition de lettre

Monsieur le Procureur général,

Hanan Badr el Din est une défenseure des droits humains et la cofondatrice de l’Association des familles de victimes de disparition forcée. Elle a commencé son travail de défense des droits humains après la disparition forcée de son mari, Khalid Ezz el Din, lors d’une manifestation le 27 juillet 2013. Hanan Badr el Din a été arrêtée le 6 mai 2017 à la prison de Qanatar, alors qu’elle rendait visite à des personnes qui avaient été victimes de disparitions forcées, dans le but de découvrir ce qu’il était advenu de son mari. Elle est depuis en détention dans l’attente d’une enquête pour des accusations d’appartenance à un groupe interdit.

Je suis très préoccupé·e par cette situation et je vous appelle, Monsieur le Procureur général,

  • à libérer Hanan Badr el Din immédiatement et sans condition et à abandonner toutes les charges retenues contre elle,
  • à veiller à ce qu’elle bénéficie des traitements médicaux dont elle a besoin et à révéler immédiatement à Hanan Badr el Din ce qu’il est advenu de son mari Khaled Ezz el Din, victime d’une disparition forcée.

Dans cette attente, je vous prie de croire, Monsieur le Procureur général, à l’expression de ma haute considération.

 

Adresser la lettre au Procureur général

Nabil Sadek
Office of the Public Prosecutor
Dar alQada al-Ali
Downtown Cairo
Égypte

Fax : +202 2 577 4716v

Copies à

Ambassade de la République Arabe d'Egypte
Elfenauweg 61
3006 Berne

Fax: 031 352 06 25
E-mail: embassy.bern@mfa.gov.eg

Vous trouverez des modèles de lettre pour les deux ministres en français sur la page 4 du fichier Word ici.

Taxe postale:  CHF 2.00