«Street Art» en Égypte © Amnesty International
«Street Art» en Égypte © Amnesty International

Égypte: Action lettre pour Malak al Kashef Violences contre une femme transgenre détenue dans un prison pour hommes

Lettres contre l'oubli de juin 2019
Malak al Kashef, femme transgenre défenseure des droits humains est détenue arbitrairement dans une prison pour hommes, où elle est victime de torture, d'harcèlements et d'agressions sexuels. Malak al Kashef est une prisonnière d’opinion.

Malak al Kashef, femme transgenre défenseure des droits humains âgée de 19 ans, est actuellement détenue arbitrairement à l’isolement, à la prison pour hommes de Mazraat Tora. Le 6 mars, Malak al Kashef a été enlevée par des agents de l’Agence de sécurité nationale au domicile de sa famille à Guizeh. En cause, ses publications sur Internet appelant à des manifestations pacifiques après l’incendie de la gare centrale Ramsès du Caire le 27 février. Le 2 avril, un procureur de la sûreté de l’État a, pour la troisième fois, prolongé de 15 jours sa détention arbitraire. Malak al Kashef est poursuivie pour des accusations, forgées de toutes pièces, d’«assistance à une organisation terroriste» et d’«utilisation à mauvais escient des réseaux sociaux dans le but de commettre une infraction punie par la loi», dans le cadre de l’affaire 1739/2018. Elle a été arrêtée avec au moins 35 autres personnes.

Le 10 mars, elle a été soumise à un examen anal dans un hôpital public, où, d’après son avocat, des membres du personnel médical l’ont également soumise à d’autres formes de violences sexuelles. Ces actes constituent une forme de torture et de mauvais traitements, et donc une violation de la Convention des Nations unies contre la torture, du Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP) et de la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples. L’Égypte est partie à ces trois traités.

Amnesty International est très préoccupée par la détention de Malak al Kashef dans une prison pour hommes qui l’expose de nouveau à des risques de harcèlement sexuel, d’agressions sexuelles et de viol aux mains des autorités pénitentiaires et d’autres détenus.

Malak al Kashef est une prisonnière d’opinion, détenue uniquement pour avoir exercé son droit à la liberté d’expression.

Veuillez écrire une lettre courtoise en arabe ou anglais au Procureur général:

PROPOSITION DE LETTRE en français
(modèle de lettre en anglais voir tout en bas)

Monsieur le Procureur général,

Malak al Kashef, femme transgenre défenseure des droits humains âgée de 19 ans, est actuellement détenue arbitrairement à l’isolement à la prison pour hommes de Mazraat Tora.
Le 2 avril, un procureur de la sûreté de l’État a, pour la troisième fois, prolongé de 15 jours sa détention arbitraire. Malak al Kashef est poursuivie pour des accusations forgées de toutes pièces d’«assistance à une organisation terroriste» et d’«utilisation à mauvais escient des réseaux sociaux dans le but de commettre une infraction punie par la loi», dans le cadre de l’affaire 1739/2018.
Le 10 mars, elle a été soumise à un examen anal dans un hôpital public, où, d’après son avocat, des membres du personnel médical l’ont également soumise à d’autres formes de violences sexuelles. Ces actes constituent une forme de torture et de mauvais traitements, et donc une violation de la Convention des Nations unies contre la torture, du Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP) et de la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples. L’Égypte est partie à ces trois traités.

Cette situation me préoccupe beaucoup, et j’engage votre gouvernement à abandonner toutes les charges retenues contre Malak al Kashef et à la libérer immédiatement et sans condition car il s’agit d’une prisonnière d’opinion, détenue uniquement pour avoir exercé pacifiquement son droit à la liberté d’expression et de réunion.
Je vous demande, Monsieur le Procureur général, de veiller à ce que, dans l’attente de sa libération, Malak al Kashef soit protégée de la torture et des autres formes de mauvais traitements, notamment des violences sexuelles, et à ce que ses conditions de détention soient conformes aux normes internationales.
De plus, je vous demande de mettre fin aux examens médicaux destinés à déterminer si un·e suspect·e a eu des rapports anaux. Ces examens constituent des actes de torture.

Dans cette attente, je vous prie de croire, Monsieur le Procureur général, à l’expression de ma haute considération.

Adresser la lettre au Procureur général:

Nabil Sadek
Office of the Public Prosecutor
Dar al Qada Al-Ali, Downtown
Cairo
Égypte

Fax : +202 2577 4716

Copies à

Ambassade de la République Arabe d'Egypte
Elfenauweg 61
3006 Berne

Fax: 031 352 06 25
E-mail: embassy.bern@mfa.gov.eg


Adjoint au ministre des Affaires étrangères, chargé des droits humains
Ahmed Ihab Gamal Eldin, Ministry of Foreign Affairs
Corniche el-Nile
Cairo
Égypte

Fax : +202 2574 9713
Courriel : contact.us@mfa.gov.eg
Twitter : @MfaEgypt

 

Vous trouverez un modèle de lettre en français à la page 4 du fichier Word ici.


Taxe postale: Europe: CHF 1.50 / autres pays: CHF 2.00

 


Model letter in english:

Dear Counsellor,

Malak al-Kashef is a 19-year-old transgender woman human rights defender, currently arbitrarily detained in solitary confinement at the all-male Mazra’at Tora Prison.

On 2 April, a Supreme State Security Prosecutor extended Malak’s 15-day arbitrary detention for a third time. Malak is facing the trumped-up charges of “aiding a terrorist organization” and “misusing social media to commit a crime punishable by law” in case 1739/2018. Malak was arrested along with at least 35 other people.

On 10 March, Malak was subjected to a forced anal examination at a government hospital, where she was also subjected to other forms of sexual assault by medical staff, according to her lawyer. These acts constitute a form of torture and other ill-treatment, which violate the UN Convention against Torture (CAT), the International Covenant on Civil and Political Rights (ICCPR), and the African Convention on Human and Peoples’ Rights. Egypt is party to all three treaties.

I would like to ask you to drop all the charges brought against Malak al-Kashef and immediately and unconditionally release her as she is a prisoner of conscience solely detained for peacefully exercising her rights to freedom of expression and freedom of assembly.
Please make sure that Malak is protected from torture and other forms of ill-treatment, including sexual violence, and that her detention conditions are in line with international standards.
Furthermore, please ensure that medical examinations to determine whether a suspect has engaged in anal sex are ended immediately, as such examinations constitute torture.

Yours sincerely,