Les brigades chiites de Saraya al-Salam («brigades de la paix») commettent des crimes de guerre, en toute impunité. © AFP/ Getty images
Les brigades chiites de Saraya al-Salam («brigades de la paix») commettent des crimes de guerre, en toute impunité. © AFP/ Getty images

Irak Les milices chiites soutenues par le gouvernement coupables d'exactions

Des milices chiites, soutenues et armées par le gouvernement irakien, ont enlevé et tué des dizaines de civils sunnites ces derniers mois et bénéficient d'une impunité totale pour ces crimes de guerre, écrit Amnesty International dans une nouvelle synthèse publiée le14 octobre.

Ce document, intitulé Absolute Impunity: Militia Rule in Iraq, fournit des détails choquants sur des attaques motivées par l'intolérance religieuse imputées à des milices chiites de plus en plus puissantes, à Bagdad, Samarra et Kirkuk, en représailles semble-t-il aux assauts menés par le groupe armé se désignant sous le nom d'État islamique (EI). Des dizaines de corps non identifiés, menottés et présentant des blessures par balles à la tête, ont été découverts à travers le pays, ce qui donne à penser que ces homicides, perpétrés dans des conditions évoquant des exécutions, relèvent d'une pratique bien établie.

«En donnant sa bénédiction à des milices commettant régulièrement des violations aussi odieuses, le gouvernement irakien cautionne des crimes de guerre et alimente les dangereuses violences motivées par l'intolérance religieuse qui ravagent le pays. Le gouvernement irakien doit immédiatement cesser d'apporter son soutien au système des milices», a déclaré Donatella Rovera, principale conseillère d’Amnesty International pour les situations de crise.

Des captifs exécuté malgré le paiement d’une rançon

On continue à ignorer quel sort a été réservé à beaucoup des personnes enlevées par des miliciens chiites au cours des derniers mois et semaines. Certains captifs ont été tués après même que leur famille a versé une rançon d'un montant de 80 000 dollars (environ 63 000 euros), voire plus, afin d'obtenir leur libération.

Salem, 40 ans, un homme d'affaires et père de neuf enfants qui vivait à Bagdad, a été enlevé en juillet. Deux semaines après que sa famille eut versé 60 000 dollars (environ 47 000 euros) à ses kidnappeurs, son corps a été retrouvé à la morgue de Bagdad; sa tête avait été écrasée et il avait encore des menottes aux poignets.

Le pouvoir grandissant des milices chiites a contribué à une détérioration globale de la sécurité et à une atmosphère anarchique. Un parent d'une des victimes originaires de Kirkuk a déclaré à Amnesty International:

«J'ai perdu un fils et je ne veux pas en perdre un autre. Rien ne pourra le ramener et je ne peux pas mettre mes autres enfants en danger. Qui sait qui sera le prochain ? Il n'y a pas d'état de droit, pas de protection.»

Hors-la-loi en uniforme

Asaib Ahl al Haq, les brigades Badr, l'armée du Mehdi et Kataib Hezbollah font partie des milices chiites soupçonnées d'avoir commis cette série d'enlèvements et d'homicides.

Ces milices sont devenues plus puissantes et présentes depuis juin, à la suite du retrait de l'armée irakienne, qui a cédé près d'un tiers du pays aux combattants de l'EI. Les miliciens, qui se comptent en dizaines de milliers, portent des uniformes mais opèrent hors de tout cadre juridique et sans aucune supervision de la part des autorités.

«En s'abstenant d'obliger les milices à rendre des comptes pour leurs crimes de guerre et d'autres graves violations des droits humains, les autorités irakiennes leur ont dans les faits donné carte blanche pour se déchaîner contre les Sunnites. Le nouveau gouvernement irakien du Premier ministre Haider al Abadi doit désormais agir pour maîtriser les milices et établir l'état de droit », a déclaré Donatella Rovera.

«Sous couvert de lutte contre le terrorisme, les milices chiites s'en prennent de manière impitoyable aux civils sunnites pour des motifs confessionnels, dans le but semble-t-il de les punir pour l'émergence de l'EI et les crimes abjects qu'il commet.»

À hauteur d'un poste de contrôle au nord de Bagdad, par exemple, Amnesty International a entendu un membre de la milice Asaib Ahl al Haq déclarer: «Si on attrape ‘ces chiens’ [de Sunnites] en train de descendre du secteur de Tikrit, on les exécutera [...] Ils viennent à Bagdad pour commettre des crimes terroristes, alors nous devons les en empêcher.»

Les forces gouvernementales impliquées

Parallèlement, les forces gouvernementales irakiennes continuent elles aussi à perpétrer de graves violations des droits humains. Amnesty International a mis au jour des éléments de preuve attestant que des détenus ont été soumis à la torture et à d'autres formes de mauvais traitements, et que des Sunnites incarcérés en vertu de la loi de 2005 relative à la lutte contre le terrorisme sont morts derrière les barreaux.

Le corps d'un avocat et père de deux jeunes enfants, âgé de 33 ans et mort en détention, présentait des hématomes, des plaies ouvertes et des brûlures correspondant à l'administration de décharges électriques. Un autre homme incarcéré pendant cinq mois a été torturé à l'électricité et menacé de viol avec un bâton avant d'être libéré sans inculpation.

«Les gouvernements irakiens successifs ont fait preuve d'un mépris glaçant pour les principes fondamentaux des droits humains. Le nouveau gouvernement doit désormais changer de cap, et mettre en place des mécanismes efficaces permettant d'enquêter sur les violations commises par les milices chiites et les forces irakiennes et d'amener les responsables présumés à rendre des comptes», a déclaré Donatella Rovera.

Communiqué de presse publié le 14 octobre 2014, Londres–Genève.
Contact du service de presse