Lettre contre l'oubli: Abolfazl Abedini Nasr Un journaliste purge une peine de douze ans de prison

Le journaliste et défenseur des droits humains iranien Abolfazl Abedini Nasr purge une peine de 12 ans d’emprisonnement à la prison d’Evin, à Téhéran. Amnesty International le considère comme un prisonnier d'opinion.

Abolfazl Abedini Nasr © DR

Abolfazl Abedini Nasr a été arrêté le 30 juin 2009, 18 jours après une élection présidentielle contestée. Il a été libéré sous caution le 26 octobre 2009, puis arrêté à nouveau le 3 mars 2010 lors d’une vague d’arrestations de défenseurs des droits humains. Lors de sa deuxième arrestation, il aurait été roué de coups par des agents des forces de sécurité. Quatre jours plus tard, il a été conduit à la prison d’Evin, où il aurait été battu à nouveau. Après plus de trois mois, il a été transféré à la prison de Karoun, à Ahvaz, mais il a été ramené à la prison d'Evin en septembre 2010.

Le 29 mars 2010, l’avocat d’Abolfazl Abedini Nasr a été informé qu’il avait été condamné à cinq ans d’emprisonnement pour « appartenance à une organisation illégale », à cinq ans pour « contact avec des États ennemis » et à un an pour avoir parlé à des médias étrangers.

Il semble que ces chefs d’accusation soient liés à ses liens avec l’organisation des Défenseurs des droits humains en Iran (HRA), où il avait travaillé auparavant en tant que responsable des relations publiques. Plus de 30 membres et associés de HRA ont été arrêtés en mars 2010. La condamnation d’Abolfazl Abedini Nasr à un total de 11 ans d’emprisonnement a été confirmée en appel en mai 2010. D’après des informations reçues en mai 2011, il a été condamné à une année supplémentaire d’emprisonnement pour « propagande contre le système ».


Revendications de l'action terminée

 

Monsieur Ayatollah Sadegh Larijani,

Abolfazl Abedini Nasr a été arrêté le 30 juin 2009, 18 jours après une élection présidentielle contestée. Il a été libéré sous caution le 26 octobre 2009, puis arrêté à nouveau le 3 mars 2010 lors d’une vague d’arrestations de défenseurs des droits humains.

Lors de sa deuxième arrestation, il aurait été roué de coups par des agents des forces de sécurité. Quatre jours plus tard, il a été conduit à la prison d’Evin, où il aurait été battu à nouveau. Après plus de trois mois, il a été transféré à la prison de Karoun, à Ahvaz, mais il a été ramené à la prison d'Evin en septembre 2010. Le 29 mars 2010, l’avocat d’Abolfazl Abedini Nasr a été informé qu’il avait été condamné à cinq ans d’emprisonnement pour « appartenance à une organisation illégale », à cinq ans pour « contact avec des États ennemis » et à un an pour avoir parlé à des médias étrangers.

Il semble que ces chefs d’accusation soient liés à ses liens avec l’organisation des Défenseurs des droits humains en Iran (HRA), où il avait travaillé auparavant en tant que responsable des relations publiques. Plus de 30 membres et associés de HRA ont été arrêtés en mars 2010. La condamnation d’Abolfazl Abedini Nasr à un total de 11 ans d’emprisonnement a été confirmée en appel en mai 2010. D’après des informations reçues en mai 2011, il a été condamné à une année supplémentaire d’emprisonnement pour « propagande contre le système ».

Je suis très préoccupé·e par cette situation et je vous exhorte, Monsieur Ayatollah Sadegh Larijani, de libérer immédiatement et sans condition le prisonnier d’opinion Abolfazl Abedini Nasr. De plus, je vous demande d’engager au plus vite une enquête exhaustive et impartiale sur les informations selon lesquelles Abolfazl Abedini Nasr a été roué de coups lors de son interrogatoire. Il est indispensable que toute personne responsable de torture ou d’autres mauvais traitements soit traduite en justice sans délai, dans le cadre d’une procédure équitable.

Dans cette attente, je vous prie de croire, Monsieur Ayatollah Sadegh Larijani, en l’expression de ma haute considération.

Cette lettre fait partie des Lettres contre l’oubli de juin 2011.
Retour au sommaire des Lettres contre l’oubli |Télécharger le fichier Word| S'inscrire pour recevoir un e-mail chaque mois avec les nouvelles lettres