Iran Amnesty International condamne la répression d'une manifestation en Iran

14 février 2011
Amnesty International dénonce le fait que les autorités iraniennes aient dispersé une marche semble-t-il pacifique organisée à Téhéran en signe de soutien aux actions de protestation égyptiennes et tunisiennes. Des manifestations auraient également eu lieu dans d’autres villes d’Iran, dont Ispahan, Chiraz et Kermanshah.

Les autorités ont placé Mir Hossein Mousavi et Mehdi Karroubi, responsables de l’opposition, en résidence surveillée en amont des manifestations de lundi 14 février.

«Les Iraniens ont le droit de se rassembler afin d’exprimer pacifiquement leur soutien aux peuples d’Égypte et de Tunisie. Si les autorités ont le devoir de préserver l’ordre public, cela ne les autorise pas pour autant à interdire et disperser les manifestations menées par ceux qui font le choix d’exercer ce droit», a déclaré Hassiba Hadj-Sahraoui, directrice adjointe du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d’Amnesty International.

«Ces mesures de répression sont les dernières en date d’une série d’initiatives prises par les autorités afin de bloquer le travail des militants et d'étouffer la contestation.»

Ce défilé survient alors que les arrestations préventives de militant·e·s, politiques ou autres, se sont multipliées ces derniers jours.