Action Amnesty à Bern. © AI
Action Amnesty à Bern. © AI

Iran Des centaines d'exécutions pour des infractions relatives aux drogues

Une nouvelle vague d'exécutions choque l'Iran. Cette année, 600 personnes ont déjà été exécutées en Iran, dont 488 pour des infractions liées à la législation sur les drogues. Un nouveau rapport ...
Une nouvelle vague d'exécutions choque l'Iran. Cette année, 600 personnes ont déjà été exécutées en Iran, dont 488 pour des infractions liées à la législation sur les drogues. Un nouveau rapport d'Amnesty International montre l'ampleur de la répression du gouvernement iranien dans sa lutte contre les drogues.

L'augmentation alarmante des exécutions en Iran a débuté mi 2010, lorsque les autorités ont menés des exécutions secrètes de masse à l’intérieur des prisons. Plus de 89 personnes ont été exécutées le 4 août 2010 dans la prison de Vakilabad à Mashhad.

La plupart, si ce n’est toutes les condamnations, ont eu lieu suite à des procès particulièrement inéquitables sur la base d’«aveux» extorqués sous la torture.

Pas une solution au problème de la drogue

Mohammad Jangali, un chauffeur de camion âgé de 38 ans, a été exécuté en octobre 2011 après que de la drogue ait été trouvée dans le camion qu'il conduisait. Il a insisté jusqu'à son exécution qu’il ne savait rien de la drogue trouvée dans le camion.

Les personnes touchées par ces exécutions sont principalement des membres des minorités ethniques et religieuses qui souffrent de discriminations, des personnes socialement défavorisées, des femmes et même des jeunes mineurs.

En appliquant la peine de mort pour les infractions relatives aux drogues, l'Iran viole le droit international, celui-ci n’autorisant la peine capitale que pour les « crimes graves » et à la suite d’un procès équitable.

L'Iran applique la peine de mort dans la lutte contre les crimes liés aux drogues depuis des décennies. Néanmoins, le pays est aujourd’hui à la tête des plus grands consommateurs de drogues ainsi qu’un des plus importants itinéraires de contrebande internationale de l'opium en provenance d'Afghanistan.

L'aide occidentale à la lutte contre les drogues

Le nouveau rapport d'Amnesty International, «Addicted to Death. Executions for Drug Offences in Iran» critique également les Etats occidentaux qui coopèrent avec l’Iran dans la lutte contre le trafic de drogues. L’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (UNODC) ainsi que certains pays européens comme la France ou l’Allemagne fournissent une aide financière et technique à l’Iran pour sa lutte contre les drogues.

Lisez le rapport «Addicted to Death. Executions for Drug Offences in Iran» (en anglais, 60 pages).

Demandez aux autorités iraniennes la fin des exécutions pour les infractions relatives aux drogues (modèle de lettre).



15 décembre 2011