Iran Les femmes interdites d'élection présidentielle

22 mai 2013
De hauts dignitaires religieux ont déclaré que les femmes ne seraient pas autorisées à se porter candidates à l’élection présidentielle. Une interdiction qui va à l’encontre du droit international, mais aussi du droit iranien.

147449_Women_in_Iran.jpg Malgré leur niveau d'instruction élevé, les femmes sont exclues des postes décisionnels. © Al Mak/Demotix

L’interdiction pour les femmes de briguer le poste de présidente va à l'encontre de plusieurs articles de la Constitution iranienne, selon laquelle tous les citoyens sont égaux devant la loi et les droits des femmes doivent être respectés. En outre, elle bafoue clairement les obligations internationales en matière de droits humains qui incombent à l’Iran. «Il est difficile de croire que des femmes sont aujourd’hui encore bannies d’un scrutin présidentiel où que ce soit dans le monde, a indiqué Hassiba Hadj Sahraoui, directrice adjointe du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d’Amnesty International. L’Iran doit examiner de plus près sa propre Constitution et les traités internationaux qu’il s’est engagés à respecter.»

Aux termes de l’article 115 de la Constitution iranienne, tout comme de la Loi sur l’élection présidentielle, les candidats doivent faire partie des «rejal», terme persan qui signifie les «personnalités religieuses et politiques». Les femmes auraient été écartées parce que l’organe compétent a considéré que le mot rejal signifiait «hommes» et non «personnalités».

Malgré la discrimination dont elles souffrent en droit et en pratique, les femmes iraniennes peuvent se prévaloir d’un haut niveau d’éducation et jouent des rôles importants dans la société; cependant, elles sont quasiment toujours absentes des postes décisionnels. Jusqu’à présent, trente femmes ont déposé leur candidature pour l’élection présidentielle, qui aura lieu le 14 juin 2013.