© Orla 2011/Shutterstock.com
© Orla 2011/Shutterstock.com

Iran Une autre tache sanglante

27 octobre 2014
L’exécution de l’iranienne Reyhaneh Jabbari est un affront à la justice, selon Amnesty International. Elle avait été reconnue coupable, suite à une enquête et un procès imparfaits, d’avoir tué un homme qui selon elle, avait tenté de l’abuser sexuellement.

Reyhaneh Jabbari a été exécutée samedi matin 25 octobre 2014 à Téhéran. «La nouvelle de l’exécution de Reyhaneh Jabbari est extrêmement décevante. Elle ne fait qu’entacher un peu plus la situation des droits humains en Iran», a déclaré Hassiba Hadj Sahraoui, directrice adjointe du programme Afrique du Nord et Moyen-Orient d’Amnesty International.

«Effroyable, ce cas n’est pourtant de loin pas unique. Une fois de plus l’Iran a appliqué la peine de mort, malgré de sérieuses préoccupations concernant l’impartialité du procès.»

Amnesty International pense que la peine de mort est une forme de condamnation odieuse et qu'elle ne devrait être utilisée dans aucune circonstance.