Arash Sadeghi et Golrokh Ebrahimi Iraee / Atena Daemi / Omid Alishenas (De gauche à droite) © Droits réservés
Arash Sadeghi et Golrokh Ebrahimi Iraee / Atena Daemi / Omid Alishenas (De gauche à droite) © Droits réservés

Iran: Action lettre pour Atena Daemi, Arash Sadeghi, Golrokh Ebrahimi Iraee et Omid Alishenas Des prisonniers d'opinion doivent être libérés

Lettres contre l'oubli de novembre 2017
Atena Daemi, Arash Sadeghi, Golrokh Ebrahimi Iraee et Omid Alishenas sont des prisonniers d'opinion et doivent être libérés immédiatement et sans condition.

Atena Daemi, 29 ans, purge actuellement une peine de sept ans de prison. À l'issue d'un procès profondément inique, elle a été déclarée coupable de charges forgées de toutes pièces liées à la sécurité nationale, notamment de «rassemblement et collusion en vue de commettre des infractions compromettant la sécurité nationale». Elle a été condamnée à une peine de quatorze ans d’emprisonnement, ramenée en appel à sept ans. Son procès n’a duré que quinze minutes.
Trois autres militants, dont Omid Alishenas, étaient également jugés en même temps qu’elle. Le 26 novembre 2016, des pasdaran (gardiens de la révolution) ont violemment fait irruption dans la maison familiale d'Atena Daemi et l’ont arrêtée afin qu’elle commence à purger sa peine.

Omid Alishenas, 33 ans, a été condamné à sept ans de prison pour «rassemblement et conspiration en vue de porter atteinte à la sécurité nationale» et «outrage au guide suprême». Il a d’abord été condamné à une peine de dix ans d’emprisonnement, ramenée en appel à sept ans. Arrêté le 10 décembre 2016 pour qu’il commence à purger sa peine, Omid Alishenas a bénéficié d’une libération conditionnelle le 15 juillet 2017.

Arash Sadeghi, 30 ans, est incarcéré à la prison d’Evin, où il purge un total de dix-neuf années de prison pour deux condamnations différentes. Il a été déclaré coupable notamment de «diffusion de propagande contre le régime», sur la base de fausses accusations.

Golrokh Ebrahimi Iraee, 36 ans, a été condamnée à une peine de six ans d'emprisonnement, réduite de 30 mois en mars 2017. Elle a été condamnée pour «atteinte aux valeurs sacrées de l’islam», après avoir écrit une histoire non publiée sur la pratique de la lapidation. Sa demande de révision judiciaire a été rejetée en juillet 2017.

PROPOSITION DE LETTRE

Monsieur,  1
Monsieur le Ministre,  2
Monsieur le Secrétaire général,  3

Je souhaite exprimer ma préoccupation quant au sort d’Atena Daemi, d’Arash Sadeghi, de Golrokh Ebrahimi Iraee et de Omid Alishenas. Les quatre sont des prisonniers d’opinion.

Je vous demande, de libérer immédiatement et sans condition Atena Daemi, Arash Sadeghi et Golrokh Ebrahimi Iraee, qui sont des prisonnier·e·s d’opinion, emprisonné·e·s uniquement pour avoir exercé sans violence leurs droits à la liberté d’expression, d’association et de réunion pacifique, notamment par leur travail en matière de droits humains. Leurs condamnations et leurs peines doivent être annulées.

Pour Omid Alishenas, je vous demande de garantir que sa condamnation et sa peine soient annulées et sa libération rendue inconditionnelle, car il s’agit d’un prisonnier d’opinion qui n’a fait qu’exercer sans violence son droit à la liberté d’expression, d’association et de rassemblement pacifique par le biais de ses activités de défenseur des droits humains. Veillez à ce qu'il puisse poursuivre son travail en matière de droits humains sans subir de harcèlement, d'intimidations ou de représailles.

En attendant leur libération, il faut protéger Atena Daemi, Arash Sadeghi et Golrokh Ebrahimi Iraee contre la torture et les autres mauvais traitements, y compris le refus de soins médicaux.
Veuillez diligenter immédiatement une enquête indépendante, impartiale et approfondie sur les actes de torture qu’Atena Daemi et Arash Sadehi auraient subis, et traduire les responsables présumés en justice, dans le cadre de procédures respectant les normes internationales d'équité.
Je vous demande également de garantir à Atena Daemi et Arash Sadeghi l’accès aux soins de santé nécessaires, en dehors de la prison.

Dans cette attente, je vous prie de croire, [ Monsieur 1 / Monsieur le Ministre 2 / Monsieur le Secrétaire général 3 ], à l’expression de ma haute considération.

Adresser vos lettre aux ...
1. Responsable du Pouvoir Judiciaire:

Head of the Judiciary Ayatollah Sadegh Larijani
c/o Public Relations Office
Number 4, Deadend of 1 Azizi, Above Pasteur Intersection
Vali Asr Street
Tehran
Iran

Formule d’appel : Your Excellency, / Monsieur 1,

2. Ministre des Affaires Étrangères:

Foreign Minister Mohammad Javad Zarif
c/o Permanent Mission of the Islamic Republic of Iran to the United Nations
Chemin du Petit-Saconnex 28
1209 Genève

E-mail: mission.iran@ties.itu.int // iranungva@mfa.gov.ir 

Twitter : @JZarif

Formule d’appel : Your Excellency, / Monsieur le Ministre 2,

3. Secrétaire général du Haut conseil des Droits humains:

Secretary General, High Council for Human Rights Mohammad Javad Larijani
Office of the Head of the Judiciary
Esfandiar Boulvard, Intersection of Niyayesh Vali Asr Avenue
Tehran
Iran

E-mail: larijani@ipm.ir

Formule d’appel : Your Excellency, / Monsieur le Secrétaire général 3,


Copies à

Ambassade de la République Islamique d'Iran
Thunstrasse 68
Case postale 227
3006 Berne

Fax: 031 351 56 52
E-mail: secretariat@iranembassy.ch

 

Vous trouverez des modèles de lettre en français sur les pages 3, 4 et 5 du fichier Word ici.


Taxe postale: Europe: CHF 1.50 / autres pays: CHF 2.00