Arash Sadeghi et Golrokh Ebrahimi Iraee / Atena Daemi / Omid Alishenas (de gauche à droite) © Droits réservés
Arash Sadeghi et Golrokh Ebrahimi Iraee / Atena Daemi / Omid Alishenas (de gauche à droite) © Droits réservés

Iran: Action lettre pour Atena Daemi, Omid Alishenas, Arash Sadeghi et Golrokh Ebrahimi Iraee Libérer des prisonniers d’opinion

Lettres contre l'oubli d'avril 2018
Depuis 2013, les autorités iraniennes ont intensifié leur répression contre les défenseur·e·s des droits humains en Iran. Parmi les personnes visées, une nouvelle génération de jeunes militant·e·s, pour la plupart nés après la révolution de 1979, qui bravent la violente répression. Atena Daemi, Omid Alishenas et les époux Arash Sadeghi et Golrokh Ebrahimi Iraee, qui sont tous amis, font partie de cette génération de jeunes militant·e·s. Les quatre ont été pris pour cible uniquement pour avoir mené des activités pacifiques de défense des droits humains.

Le 24 janvier, Golrokh Ebrahimi Iraee et Atena Daemi ont été transférées de la prison d’Evin, à Téhéran, à celle de Shahr-e Rey, à Varamin, près de Téhéran, où des femmes condamnées pour des infractions avec violence sont détenues dans des conditions inhumaines. Le 3 février, Golrokh Ebrahimi Iraee et Atena Daemi ont entamé une grève de la faim pour protester contre leur transfer. Atena Daemi a mis fin à la sienne le 15 février, mais pas Golrokh Ebrahimi Iraee, dont l’état de santé se dégrade sérieusement et qui ne reçoit sans doute pas les soins appropriés. Atena Daemi a déclaré que Golrokh Ebrahimi Iraee et elle n’étaient pas en sécurité en prison et souhaite faire savoir publiquement qu’elles n’ont aucune intention de se suicider, faisant allusion à la vague de décès dans les prisons iraniennes depuis janvier 2018. Par ailleurs, le Nouvel An iranien (le 21 mars) et l’anniversaire d’Atena Daemi (le 26 mars) approchent.

Depuis 2013, les autorités iraniennes ont intensifié leur répression contre les défenseur·e·s des droits humains en Iran. Parmi les personnes visées, une nouvelle génération de jeunes militant·e·s, pour la plupart nés après la révolution de 1979, qui bravent la violente répression. Atena Daemi, Omid Alishenas et les époux Arash Sadeghi et Golrokh Ebrahimi Iraee, qui sont tous amis, font partie de cette génération de jeunes militant·e·s. Les quatre ont été pris pour cible uniquement pour avoir mené des activités pacifiques de défense des droits humains, notamment pour avoir participé au mouvement émergent contre la peine de mort en Iran. Activité pour laquelle nombre de militant·e·s ont été accusés de «menacer la sécurité nationale» ou d’«offenser l’islam» par les autorités. Atena Daemi, Arash Sadeghi et Golrokh Ebrahimi Iraee ont tous trois été détenus à la prison d’Evin, à Téhéran, et sont des prisonniers d’opinion. Omid Alishenas était incarcéré à la prison d’Evin jusqu’à sa libération conditionnelle le 15 juillet 2017, et pourrait être renvoyé en prison pour y purger le reste de sa peine.

Les autorités iraniennes intensifient la répression contre les défenseur·e·s les droits humains, qui travaillent déjà sous une véritable chape de plomb. Depuis 2013, des dizaines de défenseur·e·s des droits humains ont été placés en détention sur la base d’accusations de menace à la sécurité nationale forgées de toutes pièces et liées uniquement à leurs activités pacifiques en faveur des droits humains. Beaucoup d’autres ont fait l’objet de mesures de surveillance, d’interrogatoires et de poursuites interminables visant à les réduire au silence.

Parmi les femmes et les hommes défenseur·e·s des droits humains pris pour cible figurent notamment des militant-e-s contre la peine de mort, en faveur des droits des femmes et des droits des minorités, des syndicalistes, des avocat-e-s spécialistes des droits humains et des personnes cherchant à obtenir vérité, justice et réparation pour les exécutions extrajudiciaires qui se sont produites dans les années 1980 et pour les familles des victimes.

PROPOSITION DE LETTRE

Excellence,

Le sort des quatre défenseur·e·s de ces droits humains me préoccupe beaucoup.

Je vous prie de libérer immédiatement et sans condition Atena Daemi, Arash Sadeghi et Golrokh Ebrahimi Iraee, qui sont des prisonniers d’opinion, emprisonnés uniquement pour avoir exercé sans violence leurs droits à la liberté d’expression, d’association et de réunion pacifique, notamment par leur travail en faveur des droits humains; et à annuler leurs condamnations et leurs peines.

Veuillez faire en sorte que la condamnation et la peine d’Omid Alishenas soient annulées et que sa libération soit rendue inconditionnelle, car il s’agissait d’un prisonnier d’opinion qui n’a fait qu’exercer sans violence son droit à la liberté d’expression, d’association et de rassemblement pacifique par le biais de ses activités de défenseur des droits humains.
Veillez à ce qu’il puisse poursuivre son travail en faveur des droits humains sans subir de harcèlement, d’intimidations ou de représailles.

Je vous demande, Excellence, de garantir à Atena Daemi, Golrokh Ebrahimi Iraee et Arash Sadeghi l’accès aux soins de santé nécessaires.
En attendant leur libération, il faut en outre protéger Atena Daemi, Arash Sadeghi et Golrokh Ebrahimi Iraee contre la torture et les autres mauvais traitements, notamment la privation de soins médicaux, et leur permettre d’avoir accès à des soins spécialisés.

Dans cette attente, je vous prie de croire, Excellence, à l’expression de ma haute considération.

Adresser la lettre au ...
... ministre des Affaires étrangères

Mohammad Javad Zarif
c./o. Permanent Mission of the Islamic Republic of Iran to the UN
Chemin du Petit-Saconnex 28, 1209 Genève

E-Mail: mission.iran@ties.itu.int / iranungva@mfa.gov.ir
Twitter: @JZarif

Formule d’appel : Your Excellency, / Excellence,

... responsable du Pouvoir judiciaire

Ayatollah Sadegh Larijani
c./o. Public Relations Office Number 4
Deadend of 1 Azizi, Above Pasteur Intersection
Vali Asr Street
Tehran
Iran

Formule d’appel : Your Excellency, / Excellence,

Copies à

Ambassade de l'Iran
Thunstrasse 68
3006 Berne

Fax: 031 351 56 52
E-mail: secretariat@iranembassy.ch

 

Vous trouverez un modèle de lettre en français à la page 4 du fichier Word ici.


Taxe postale: Europe: CHF 1.50 / autres pays: CHF 2.00

 

Messages de solidarité

Vous pouvez vous prendre en photo avec un message de solidarité écrit en anglais, en persan ou dans votre langue et mentionner leur compte à la fois sur Twitter et sur Instagram. Cela permettra également d’attirer l’attention sur leur cas.

Twitter:
Atena Daemi : @AtenaDaemi
Golrokh Ebrahimi Iraee : @golrokhiraee
Omid Alishenas : @omidalishenas
Arash Sadeghi : @arashsadeghi18

Instagram:
Atena Daemi: https://www.instagram.com/atenadaemi/?hl=en
Omid Alishenas: https://www.instagram.com/omid_alishenas/?hl=en


Nos pensées vont vers vous et votre famille – فکر ما با شما و خانواده تان است
Nous pensons à vous – به یاد شما هستیم
Je pense à vous – به یاد شما هستم