Nahid Taghavi, ressortissante germano-iranienne âgée de 66 ans. © Privé
Nahid Taghavi, ressortissante germano-iranienne âgée de 66 ans. © Privé

Action lettres Iran Une ressortissante germano-iranienne détenue arbitrairement

1 février 2021
Nahid Taghavi, une ressortissante germano-iranienne âgée de 66 ans, est détenue arbitrairement dans la prison d’Evin, à Téhéran, depuis le 16 octobre 2020. Elle a de sérieux problèmes de santé, notamment du diabète et de l’hypertension, ce qui l’expose à un risque accru de maladie grave ou de décès si elle contracte le COVID-19. Il s'agit d'une prisonnière d’opinion, qui doit être libérée immédiatement et sans condition.

Nahid Taghavi est actuellement maintenue en détention arbitraire dans la section 2A de la prison d’Evin. Des gardiens de la révolution ont arrêtée Nahid Taghavi le 16 octobre 2020 à son domicile, à Téhéran, et ont saisi son ordinateur portable, son téléphone portable, ses clés USB, son argent, ses livres, ses photographies et son passeport allemand. Les autorités n'ont pas informé sa famille de son arrestation ni de l'endroit où elle se trouvait. Lorsque des proches se sont rendus à la prison d'Evin à sa recherche le 18 octobre 2020, ils ont découvert qu'elle y était détenue à l'isolement. Après son arrestation, elle a été privée de tout contact avec le monde extérieur jusqu'au 28 octobre 2020, date à laquelle elle a été autorisée à passer un bref appel téléphonique à sa famille. Elle s'est ensuite vu refuser tout contact avec ses proches pendant 35 jours, jusqu'en décembre 2020, puis a été autorisée à les appeler tous les 7 à 10 jours.

Les autorités de poursuite l’ont empêchée de consulter un avocat; elles ont également déclaré qu’elle n’était pas autorisée à avoir un conseil de son choix et qu’elle pouvait uniquement recourir aux services d’un professionnel figurant sur une liste d’avocats sélectionnés et approuvés par le responsable du pouvoir judiciaire. Elles ont aussi refusé de donner à sa famille des informations précises sur les motifs de sa détention, invoquant uniquement des raisons de «sécurité» (amniyati). Amnesty International considère Nahid Taghavi comme une prisonnière d’opinion, détenue uniquement pour avoir exercé de manière pacifique son droit à la liberté d’expression et de réunion.

Nahid Taghavi vit habituellement en Allemagne mais passe plusieurs mois par an en Iran pour rendre visite à sa famille; elle n'avait jamais été arrêtée auparavant. Au cours des interrogatoires en détention, on lui a posé des questions sur son histoire personnelle, notamment sur ses activités militantes lorsqu'elle était étudiante, et sur les raisons pour lesquelles elle se rendait en Iran.

Écrivez une lettre et demandez la libération immédiate et sans condition de Nahid Taghavi.