Liban Attentat aveugle dans un quartier résidentiel de Beyrouth

22 octobre 2012
Une forte explosion, provoquée semble-t-il par un attentat à la voiture piégée, a fait au moins huit morts et des dizaines de blessés le 19 octobre à Achrafieh, un quartier résidentiel très peuplé du centre de Beyrouth.

Selon les informations recueillies, le général Wissam al Hassan, chef du service du renseignement des Forces de sécurité intérieure du Liban, figure parmi les victimes de cette attaque au cours de laquelle un grand nombre de passants ont été tués ou blessés.

Ann Harrison, directrice adjointe du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d’Amnesty International, a déclaré :

«L'attentat d'aujourd'hui, qui a tué huit personnes au moins et fait des dizaines de blessés parmi les habitants d'un quartier très fréquenté du centre de Beyrouth, est une attaque aveugle qui doit être condamnée dans les termes les plus forts. En l'organisant à une heure de pointe dans un quartier résidentiel très peuplé, on savait que l'on mettait en danger la vie d'un grand nombre de personnes, parmi lesquelles des enfants.»

Le Premier ministre libanais, Najib Mikati, a déclaré que le gouvernement faisait tout pour retrouver les auteurs de l'attentat, et que ces derniers seraient punis.

«Les autorités libanaises doivent mener une enquête exhaustive pour déterminer qui est à l'origine de l'attentat, et faire en sorte que les responsables présumés soient traduits en justice dans le cadre d'une procédure conforme aux normes internationales d'équité et excluant le recours à la peine de mort.»

Wissam al Hassan avait dirigé l'enquête sur l'assassinat, en 2005, de l'ancien Premier ministre libanais Rafic Hariri. Il appartenait au Courant du futur, un mouvement politique anti-syrien. Les Forces de sécurité intérieure avaient déjoué une tentative d'attentat contre Wissam al Hassan au début de l'année 2012.

Le ministre syrien de l'Information, Omran al Zoubi, a lui aussi condamné l'attentat, qu'il a qualifié d'«acte terroriste lâche».