Des réfugiés détenus dans le centre Tarik Al Sika à Tripoli en Libye. © Taha Jawashi
Des réfugiés détenus dans le centre Tarik Al Sika à Tripoli en Libye. © Taha Jawashi

Pétition Stop à la détention et à la vente de réfugiés et de migrants en Libye !

La torture, la détention, l’exploitation et le viol sont d’horribles abus quotidiens pour des milliers de réfugié·e·s et migrant·e·s en Libye. Demandez aux autorités libyennes et à l’Union européenne de mettre fin aux multiples violations des droits humains des réfugié·e·s et migrant·e·s dans ce pays !

Date de naissance Si tu as moins de 26 ans tu profiteras des avantages AMNESTY YOUTH.
/ /  

Monsieur le Premier ministre Fayez al Sarraj, Monsieur le Président de la Commission européenne Jean Claude Juncker,

Plus de 20'000 hommes, femmes et enfants réfugié·e·s et migrant·e·s sont détenu·e·s illégalement dans des conditions inhumaines en Libye. Ces personnes manquent d’eau, de nourriture et de soins médicaux. Elles sont exposées à des traitements brutaux comme la torture et le viol et peuvent même être vendues.

Pourtant, au lieu de mettre fin à ces abus, l’Europe y contribue. Les gouvernements européens forment les garde-côtes libyens et leur fournissent des bateaux pour qu’ils interceptent les réfugié·e·s et migrant·e·s en mer et les renvoient en Libye.

Je vous demande de collaborer pour :

  • Libérer toutes les personnes détenues et mettre fin à la détention arbitraire de réfugié·e·s et migrant·e·s en Libye;
  • Enquêter sur les allégations de torture et mauvais traitements sur des réfugié·e·s et migrant·e·s en Libye, et veiller à ce que les responsables présumés soient poursuivis en justice, afin de mettre fin au cercle vicieux de la violence;
  • Revoir votre collaboration en matière de politique migratoire, pour mettre la priorité sur la protection des droits fondamentaux des réfugié·e·s et migrant·e·s, au lieu de contribuer à les piéger en Libye ;
  • Reconnaître officiellement le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) et lui permettre d’exercer pleinement son mandat, notamment la protection des réfugié·e·s.

Plus d'informations (rapport)

Pétition papier