Des réfugiés détenus dans le centre Tarik Al Sika à Tripoli en Libye. © Taha Jawashi
Des réfugiés détenus dans le centre Tarik Al Sika à Tripoli en Libye. © Taha Jawashi

Pétition Stop à la détention et à la vente de réfugiés et de migrants en Libye !

La torture, la détention, l’exploitation et le viol sont d’horribles abus quotidiens pour des milliers de réfugié·e·s et migrant·e·s en Libye. Demandez aux autorités libyennes et à l’Union européenne de mettre fin aux multiples violations des droits humains des réfugié·e·s et migrant·e·s dans ce pays !

Date de naissance Si tu as moins de 26 ans tu profiteras des avantages AMNESTY YOUTH.
/ /  

Monsieur le Premier ministre Fayez al Sarraj, Monsieur le Président de la Commission européenne Jean Claude Juncker,

Plus de 5 000 hommes, femmes et enfants réfugié·e·s et migrant·e·s sont détenu·e·s illégalement dans des conditions inhumaines en Libye. Ces personnes manquent d’eau, de nourriture et de soins médicaux. Elles sont exposées à des traitements brutaux comme la torture et le viol et peuvent même être vendues.

Pourtant, au lieu de mettre fin à ces abus, l’Europe y contribue. Les gouvernements européens forment les garde-côtes libyens et leur fournissent des bateaux pour qu’ils interceptent les réfugié·e·s et migrant·e·s en mer et les renvoient en Libye.

Je vous demande de collaborer pour :

  • Libérer toutes les personnes détenues et mettre fin à la détention arbitraire de réfugié·e·s et migrant·e·s en Libye;
  • Enquêter sur les allégations de torture et mauvais traitements sur des réfugié·e·s et migrant·e·s en Libye, et veiller à ce que les responsables présumés soient poursuivis en justice, afin de mettre fin au cercle vicieux de la violence;
  • Revoir votre collaboration en matière de politique migratoire, pour mettre la priorité sur la protection des droits fondamentaux des réfugié·e·s et migrant·e·s, au lieu de contribuer à les piéger en Libye ;
  • Reconnaître officiellement le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) et lui permettre d’exercer pleinement son mandat, notamment la protection des réfugié·e·s.

Plus d'informations (rapport)

Pétition papier