Amnesty International Algérie remet la pétition au Premier Ministre. Novembre 2014© AI
Amnesty International Algérie remet la pétition au Premier Ministre. Novembre 2014 © AI

Maghreb Remise de la pétition: punir les viols, protéger les victimes

16 décembre 2014
Dans le cadre de la campagne My Body, My Rights qui défend le droit des femmes et des jeunes filles à ne pas subir de violences sexuelles et à préserver leur intégrité physique, Amnesty International a remis aux autorités tunisiennes, marocaines et algériennes une pétition signée par 198 128 membres et militants pour demander que les femmes et les jeunes filles ayant subi des violences sexuelles soient mieux protégées. En Suisse, cette pétition lancée au mois de mai et intitulée «Punir les viols, protéger les victimes» avait réuni plus de 7'000 signatures.
Algérie

Les autorités algériennes ont pris cette année des mesures attendues de longue date afin de faire face aux violences sexuelles et liées au genre. Elles ont notamment adopté un décret, qui prévoit d’indemniser financièrement les femmes victimes de violences sexuelles perpétrées par les groupes armés pendant le conflit interne qui a ravagé l’Algérie dans les années 1990, au cours duquel des centaines, si ce n’est des milliers de femmes ont été enlevées et violées. Elles ont aussi annoncé des projets de loi qui, s’ils sont adoptés, érigeront en infractions pénales la violence physique à l’encontre d’un conjoint et le harcèlement sexuel dans des lieux publics.

Cependant, dans une synthèse «Algérie : des réformes globales sont nécessaires pour mettre un terme à la violence sexuelle et la violence liée au genre contre les femmes et les jeunes filles» rendue publique le 25 novembre, Amnesty International relève les lacunes du Code pénal, qui pénalise mais ne définit pas le viol ou d’autres formes de violence sexuelle et qui omet de faire du viol conjugal une infraction pénale. Amnesty International demande aux autorités algériennes d’adopter une approche globale pour lutter de manière adéquate contre les violences sexuelles et les violences liées au genre.

Tunisie

Mardi 18 novembre, les signatures ont été remises à la secrétaire d'État aux Affaires de la femme et de la famille ainsi qu'à des représentants du ministère de la Justice et d'autres hauts responsables, lors de la session matinale d’une conférence sur la lutte contre les violences sexuelles et fondées sur le genre qui s’est déroulée à Tunis. Animée par Amnesty International, cette conférence a porté sur les normes internationales et la législation nationale sur la violence sexuelle, et sur les recours pour les victimes de violences sexuelles. Pour plus d'informations

Maroc

La pétition a été envoyée au Premier ministre marocain et le 25 novembre, Amnesty International Maroc a mis sur pied, en collaboration avec d'autres organisations, une manifestation de soutien et de solidarité envers les femmes et les filles victimes de violence.