Omar Radi © Fanny Hedenmo
Omar Radi © Fanny Hedenmo

Maroc: Action lettre pour Omar Radi Un journaliste critique condamné à une peine de prison après un procès inique

Lettres contre l'oubli de novembre 2021
Le journaliste Omar Radi a été condamné à six ans de prison à la suite d’un procès entaché d’irrégularités. Une enquête impartiale et indépendante sur son cas doit être diligentée et sa détention à l’isolement doit immédiatement prendre fin.

Omar Radi, journaliste marocain critique envers les autorités, purge actuellement une peine de six ans de prison pour «atteinte à la sécurité intérieure de l’État» et «viol» à la suite d’un procès entaché d’irrégularités. Par la suite, le seul témoin d’Omar Radi dans cette affaire, le journaliste Imad Stitou, a été poursuivi en justice pour complicité et condamné à six mois de prison avec sursis. En juillet 2021, à l’issue d’une période de détention provisoire à l’isolement de près d’un an et de la tenue d’un procès inéquitable, Omar Radi a été condamné à six ans de prison pour «espionnage» et «viol».

Les autorités marocaines harcèlent Omar Radi depuis la publication en juin 2020 d’un rapport d’Amnesty International révélant qu’elles l’avaient espionné illégalement au moyen de son téléphone. Omar Radi a ouvertement dénoncé le bilan du gouvernement en matière de droits humains, et il a enquêté sur la corruption au sein des autorités.

Depuis son arrestation en juillet 2020, Omar Radi est détenu à l’isolement, ce qui constitue un mauvais traitement. En juillet 2021, il a mené une grève de la faim pour protester contre l’iniquité de son procès. Il a dû y mettre un terme au bout de 21 jours à cause des risques pour sa santé. Le journaliste est continuellement visé par les autorités marocaines. Un harcèlement judiciaire a commencé en mars 2020 à cause de ses publications sur les réseaux sociaux concernant le mouvement de protestation sociale Hirak El-Rif. Omar Radi n’a pas bénéficié d’une procédure équitable: il n’a pas pu consulter son équipe de défense de manière confidentielle, son avocat basé à l’étranger n’a pas été autorisé à entrer sur le territoire pour assister à son procès en juin 2021 et ses différents avocats n’ont pas eu accès aux principaux éléments lors du procès. Dès lors, la peine de six ans d’emprisonnement qui lui a été infligée constitue une violation manifeste de son droit à un procès équitable ainsi que de ses droits à la liberté d’expression et d’association. Une enquête impartiale et indépendante sur son cas doit être diligentée et sa détention à l’isolement doit immédiatement prendre fin.

Veuillez écrire une lettre courtoise en arabe, français ou votre propre langue au ministre de la Justice:

Proposition de lettre et revendictions en français

Monsieur le Ministre,

Le journaliste Omar Radi purge actuellement une peine de prison. En juillet 2021, à l’issue d’une période de détention provisoire à l’isolement de près d’un an et d’un procès inéquitable, Omar Radi a été condamné à six ans de prison pour «espionnage» et «viol».

Le seul témoin d’Omar Radi dans cette affaire, le journaliste Imad Stitou, a été poursuivi en justice pour complicité et condamné à six mois de prison avec sursis.

Omar Radi est harcelé par les autorités depuis la publication en juin 2020 d’un rapport d’Amnesty International révélant qu’elles l’avaient espionné illégalement au moyen de son téléphone. Le journaliste a ouvertement dénoncé le bilan du gouvernement en matière de droits humains, et il a enquêté sur la corruption au sein des autorités.

Détenu à l’isolement depuis son arrestation en juillet 2020, Omar Radi n’a pas bénéficié d’un procés équitable: il n’a pas pu consulter son équipe de défense de manière confidentielle, son avocat basé à l’étranger n’a pas été autorisé à entrer sur le territoire pour assister à son procès en juin 2021 et ses différents avocats n’ont pas eu accès aux principaux éléments lors du procès.

Cette situation me préoccupe beaucoup. C’est pourquoi je vous demande, Monsieur le Ministre, de faire en sorte qu’Omar Radi soit acquitté des charges d’espionnage et puisse bénéficier d’un nouveau procès équitable.

Dans cette attente, je vous prie de croire, Monsieur le Ministre, à l’expression de ma haute considération.

Adresser la lettre à

Ministre de Justice
Mohamed Ben AbdelKader
Place Mamounia
Mailbox 1015
10070 Rabat
Maroc

- Salutation: Your Excellency, / Monsieur le Ministre,
- Taxe postale: CHF 2.00

Copies à

Ambassade du Royaume du Maroc
Helvetiastrasse 42
3005 Berne

Fax: 031 351 03 64
E-mail: sifamaberne2@bluewin.ch ; sec_eco_amb@bluewin.ch

 

Vous trouverez un modèle de lettre en français à la page 6
» du fichier Word ici
» du fichier PDF ici

Social Media

Use the hashtags
#FreeKoulchi
#FreeOpinionDetainees
#Justice4OmarRadi
Omar Radi’s trial demonstrated the bogus charges brought against him because of his journalistic work.