© AI
© AI

Syrie Le bilan des morts s’alourdit lors de nouvelles manifestations

8 avril 2011
Au moins 171 personnes auraient été tuées en Syrie en l’espace des trois semaines écoulées depuis le début des troubles, a déclaré Amnesty International après qu’au moins huit nouvelles personnes eurent perdu la vie au cours de manifestations.

«Les informations alarmantes qui nous sont parvenues de Syrie vendredi 8 avril indiquent que les autorités continuent à employer les mêmes méthodes violentes pour faire face à la contestation», a déclaré Philip Luther, directeur adjoint du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d’Amnesty International.

«Le gouvernement syrien doit prendre des mesures de toute urgence afin de brider ses forces de sécurité et empêcher de nouveaux homicides.»

Des milliers de Syriens non armés qui s'étaient rassemblés vendredi à travers le pays afin de demander plus de liberté auraient été attaqués par des membres des forces de sécurité tirant à balles réelles.

Amnesty International a obtenu confirmation que huit personnes ont été tuées ce jour-là dans le contexte d'actions de protestation - six dans la ville de Deraa, dans le sud du pays, et deux à Homs, dans l’ouest.

Il est possible que le nombre de victimes des affrontements du 8 avril augmente considérablement, d’après certaines informations fournies par des défenseurs des droits humains basés dans le pays.

Depuis les premiers homicides de manifestants, à Deraa le 18 mars, Amnesty International a recensé 171 décès, en se fondant sur des informations communiquées par ses sources, parmi lesquelles figurent des militants en faveur des droits humains et des avocats.

La plupart des personnes ayant perdu la vie auraient été touchées par des balles réelles tirées par les forces de sécurité.