Le Conseil de sécurité de l'ONU doit maintenir les frontières ouvertes pour l'aide humanitaire

Syrie Le Conseil de sécurité de l'ONU doit maintenir les frontières ouvertes pour l'aide humanitaire

Une résolution de l'ONU, qui a permis jusqu'à présent d'introduire des fournitures de secours pour la population d'Idlib à travers les frontières du nord-ouest de la Syrie, expire en juillet. Face aux crimes de guerre et aux crimes contre l'humanité dans la région, le Conseil de sécurité des Nations unies doit veiller à ce que cette aide vitale à la population civile ne cesse pas. C'est la requête exigée par Amnesty International le 11 mai dernier, lors de la présentation d'un nouveau rapport.