Yémen Menace d'une loi d’amnistie en faveur du président Saleh

10 janvier 2012
Le gouvernement a approuvé un projet de loi visant à accorder l’immunité de poursuites au président Saleh et à ses collaborateurs, dimanche 8 janvier 2012. Amnesty International exhorte le Parlement yéménite à rejeter ce texte controversé.

Le projet de loi propose de mettre le président Saleh et ses collaborateurs des poursuites pour toutes les éventuelles violations commises au cours de ses 33 années au pouvoir. Une clause supplémentaire indique qu’il sera impossible d'abroger la loi une fois adoptée.

«C'est encore pire que ce que nous imaginions. Octroyer l'immunité de poursuites au président Ali Abdullah Saleh et à ses alliés évacue toute forme d’obligation de rendre des comptes pour les graves violations des droits humains ayant eu lieu au Yémen pendant des décennies», a déploré Philip Luther, directeur par intérim du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d’Amnesty International.

Manifestants scandalisés

Le projet de loi, qui accorde l’immunité au président Saleh et à toutes les personnes ayant travaillé sous son autorité en échange de leur démission, a scandalisé les manifestants, qui ont demandé que le chef d’État et d’autres personnes soient jugés.

«Il s’agit d’un affront à la justice, et il est d’autant plus flagrant que les manifestants réclament la fin de l'impunité depuis que les actions de protestation de masse ont commencé, début 2011. Le Parlement yéménite devrait s’y opposer catégoriquement», a ajouté Philip Luther.

Navi Pillay, la haut-commissaire des Nations unies aux droits de l'homme, a déclaré qu’en adoptant le projet de loi le Yémen bafouerait ses obligations internationales en matière de droits humains.

Des centaines de morts et des milliers de blessés

Depuis début 2011, plus de 200 personnes ont été tuées et des milliers d’autres blessées lorsque les forces de sécurité et des sympathisants armés du président Saleh ont essayé de réprimer des manifestations majoritairement pacifiques en faveur de la réforme, à Sanaa, la capitale, et ailleurs. Des centaines d’autres personnes ont perdu la vie lors d’affrontements armés.

Aux termes du droit international, et notamment de la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, le Yémen est tenu d'enquêter sur toute personne soupçonnée de ce genre d'infractions, et si suffisamment de preuves recevables sont réunies, de la poursuivre.

Le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme et Amnesty International ont émis des recommandations en faveur de l’ouverture d’une enquête internationale indépendante sur les violations des droits humains qui persistent.

Gouvernement provisoire

En vertu d’un accord de transfert du pouvoir signé en novembre, Ali Abdullah Saleh a transmis certains pouvoirs présidentiels au vice-président, Abd Rabbu Mansour Hadi.

Un membre de l’opposition a été nommé à la tête d’un gouvernement de réconciliation nationale, et les ministères ont été répartis entre différentes formations politiques, conformément à cet accord. Le nouveau gouvernement provisoire restera en place pour une période de deux ans.

Ali Saleh conservera le titre de président jusqu’aux élections, qui doivent se dérouler en février 2012.

Merci pour votre don

Votre engagement est notre force. Merci pour votre don