Depuis 18 mois, le conflit au Yemen a fait a fait des milliers de morts, 80 % de la population requiert d’urgence une assistance humanitaire. © MOHAMMED HUWAIS/AFP/Getty Images
Depuis 18 mois, le conflit au Yemen a fait a fait des milliers de morts, 80 % de la population requiert d’urgence une assistance humanitaire. © MOHAMMED HUWAIS/AFP/Getty Images

Conseil des droits de l'homme La nécessité d'une enquête sur les crimes de guerre au Yémen

13 septembre 2016
Alors que le Conseil des droits de l'homme entame une nouvelle session le 13 septembre, Amnesty International demande aux États membres de soutenir l’ouverture d'une enquête indépendante sur le conflit au Yémen. En 2015, ils n'ont pas appuyé cette initiative, préférant adopter une résolution déposée par l'Arabie saoudite qui soutenait la commission nationale récemment constituée en tant que mécanisme chargé d'enquêter sur les violations. Jusqu'à présent, les méthodes de travail de cette commission semblent indiquer qu’il lui sera difficile d’établir la vérité et de faciliter la justice.

«Depuis 18 mois, un conflit soutenu fait rage au Yémen et a engendré de terribles souffrances. Le monde ne doit pas laisser passer cette occasion et doit s'appuyer sur cette session du Conseil des droits de l'homme de l'ONU pour mener une enquête internationale indépendante sur les crimes de guerre et autres violations du droit international imputables à toutes les parties belligérantes. Il importe de ne pas répéter les échecs de l'an dernier. La population du Yémen ne doit pas être contrainte d'attendre encore pour obtenir justice», a déclaré Philip Luther, directeur du programme Afrique du Nord et Moyen-Orient d’Amnesty International.

Une enquête pour établir la vérité

Dans sa déclaration d'ouverture du 13 septembre 2016, le haut-commissaire des Nations unies aux droits de l’homme a réaffirmé son appel en faveur d'un mécanisme international chargé d’enquêter sur les nombreux éléments pointant des violations du droit international au Yémen.

«Les États membres doivent démontrer que le Conseil des droits de l'homme n'est pas un outil politique qui se plie à la volonté des États. Les États, notamment les États-Unis, le Royaume-Uni et la France, qui ont des intérêts économiques et de sécurité en Arabie saoudite, à la tête de la coalition militaire au Yémen, doivent apporter leur soutien à une enquête capable d'établir la vérité sur les allégations de violations par toutes les parties au conflit, et de garantir la justice pour les victimes et leurs familles, a déclaré Philip Luther.

La crédibilité du Conseil des droits de l'homme est en jeu

«Ils doivent avoir le courage de s'engager publiquement à prêter leur appui à une enquête internationale. Dans le cas contraire, la crédibilité du Conseil des droits de l'homme s’en trouverait affaiblie, tout comme l'appel du haut-commissaire. En outre, cela reviendrait à dire que le monde ferme les yeux sur la souffrance des civils au Yémen.»