«Taste of cement» «Taste of cement»

Toute la Suisse romande, 10 - 18 Janvier 2018 Film «Taste of cement», discussion avec le réalisateur Ziad Kalthoum

Dans la société libanaise, les travailleurs syriens ne sont pas les bienvenus. Le réalisateur Ziad Kalthoum, qui a quitté l'armée syrienne pour chercher asile au Liban, présente un film fascinant dont les images fortes sont une métaphore pour montrer la vie en exil. Amnesty International est partenaire de ce film.

À la plage de Beyrouth. Jour après jour, à l’aurore, des ouvriers remontent des entrailles du gratte-ciel en construction où ils dorment et mangent. Ils montent aux étages supérieurs de la tour et font avancer la bâtisse vers le ciel. Ils mettent du béton, ils coffrent des colonnes et montent des parois. Pendant les récréations, leurs regards survolent la silhouette magnifique de la ville nouvellement construite au bord de la mer, une vue dont le grutier peut jouir toute la journée. Mais il leur est interdit de quitter le site de construction et de passer leur temps libre en ville ou au bord de la mer. Car les ouvriers syriens ne sont pas bienvenus dans la société libanaise. Le réalisateur Ziad Kalthoum, qui a quitté l’armée syrienne et requiert l’asile au Liban, nous soumet un film fascinant dont les images fortes sont autant de métaphores pour la vie en exil.

Liste des projections en présence du réalisateur :

Genève, mercredi 10 janvier 2018, 19h00 
Cinéma Spoutnik, 11, rue de la Coulouvrenière, 
www.spoutnik.info

Lausanne, jeudi 11 janvier 2018, 20h
Cinéma Oblò, Avenue de France 9,
www.oblo.ch

Winterthur, samedi 13 janvier 2018, 20h15
Kino Cameo, Lagerplatz 19,
www.kinocameo.ch

Zurich, dimanche 14 janvier 2018, 12h
Kino Xenix, Kanzleistrasse 52
www.xenix.ch

Bâle, lundi 15 janvier 2018, 18h30
Cinema Stadtkino, Klostergasse 5, Basel
www.stadtkinobasel.ch

Les autres séances sur cineman.ch.

«Par leur mise en images de cet univers d’hommes qui construisent quelque chose, Kalthoum et son caméraman libanais Talal Khoury accomplissent l’incroyable. Une poésie visuelle qui nous rappelle le cinéma soviétique d’antan. Si le bavardage est un problème dans nombre de documentaires, Ziad Kalthoum contourne cette difficulté dans «Taste of cement». Car il superpose aux images mentionnées et au design du son magistral dans son film sans dialogues le texte hautement poétique d’un homme qui résume son enfance et sa jeunesse.»
(Geri Krebs, Neue Zürcher Zeitung)