Lors du conseil international, les délégations de toutes les sections prennent des décisions sur les orientations stratégiques de l'organisation.  © Florian Zeidler
Lors du conseil international, les délégations de toutes les sections prennent des décisions sur les orientations stratégiques de l'organisation. © Florian Zeidler

Mouvement international Conseil International 2015 à Dublin

Août 2015
Les représentant-e-s des plus de 50 sections d’Amnesty International du monde entier se réunissent tous les deux ans pour le Conseil International (CI), l’Assemblée mondiale des délégué-e-s de notre mouvement démocratique. Début août 2015, la rencontre a eu lieu à Dublin.

Le Conseil international, qui se réunit tous les deux ans, est l’organe suprême d’Amnesty International. Les délégations de toutes les sections autorisées à voter prennent des décisions sur les grandes orientations stratégiques et sur des questions de positionnement (« policy »). Les membres du Comité exécutif international et d’autres instances sont également élu·e·s à cette occasion. En 2015, la 32ème réunion du Conseil international s'est tenue du 7 au 11 août à Dublin, la capitale irlandaise.

Stratégie 2016-2019: Le monde que nous voulons

L’un des objets principaux à l’ordre du jour était l’adoption des « objectifs stratégiques » qui vont conditionner tout le travail de notre mouvement entre 2016 et 2019. Ils ont été préparés dans le cadre d’une très large consultation qui a permis aux Sections, aux membres actifs et à des partenaires externes de donner leur avis. Le Conseil international les a formellement adopté à Dublin. Sous le titre « Faire de l’injustice une affaire personnelle » ces objectifs définissent le monde auquel nous aspirons, un monde dans lequel chaque personne est informé de ses droits et peut les faire valoir, un monde dans lequel prévalent, sans discrimination, les droits humains, et la justice. Un monde dans lequel les individus sont protégés même dans les situations de crise, de guerre ou lorsqu’ils sont en fuite. Un monde enfin ou les responsables de violations des droits humains sont tenu·e·s de rendre des comptes.

Prêts pour le futur – à tous les niveaux

Amnesty International a traversé au cours des dernières années toute une série de profondes modifications structurelles: des bureaux régionaux ont été ouverts à Hong Kong, Nairobi, Dakar, Johannesburg, Bangkok et Mexico City, une bonne partie des ressources – jusqu’alors concentrées à Londres – a été répartie dans le Sud global. Le point final de ce processus de transition global n’est pas encore atteint et sera suivi d’une phase de consolidation. Les diverses formes futures de financement et d’organisation, y compris au niveau régional et national ont par conséquent été un autre thème important pour les discussions du Conseil de 2015. L’objectif fixé étant de garantir une organisation plus grande, plus forte, plus diversifiée et plus efficace dans le futur.

Débats «politiques»

Les délégué·e·s étaient appelés à adopter un positionnement sur le thème du travail du sexe, dans une perspective de droits humains. Comment assurer la protection des hommes, des femmes et des transgenres, particulièrement discriminé·e·s et vulnérables, qui proposent leurs services dans l’industrie du sexe ? Plus de deux ans de consultations internes et des enquêtes dans quatre régions du monde ont précédé les discussions qui ont abouti à l’adoption des grandes lignes de notre positionnement sur cette question. Un autre sujet difficile était à l’ordre du jour : la politique linguistique future du mouvement. Il s’agissait, en clair, de répondre à la question : quels documents allons-nous dorénavant traduire et dans quelles langues ?

La Section suisse au Conseil international

La Section suisse était représentée par une délégation de six personnes, membres du Comité exécutif et du Secrétariat, ainsi qu’une déléguée « jeunesse ».