Organisation

Amnesty International, malgré sa taille et sa présence dans le monde entier, a su conserver des structures décisionnelles démocratiques.

Les instances les plus importantes de la structure internationale fédéraliste d’Amnesty International sont ses sections nationales. Il en existe une par pays – à l’exception du Canada et de la Belgique où il en existe deux séparées selon le clivage linguistique – constituées en associations. Elles sont très différentes les unes des autres en ce qui concerne leur structure et leur taille. Pour être reconnues comme sections par le mouvement international elles doivent correspondre à des critères stricts liés à leur capacité de mobilisation, leur capacité financière, à leur compatibilité avec la législation nationale etc. A la base des sections se trouvent les groupes qui sont formés sur des critères géographiques ou thématiques. Ces groupes eux-mêmes sont parfois constitués en associations.

L’organe suprême d’Amnesty International est le Conseil International, l’assemblée des délégués de toutes les sections ayant un droit de vote et des membres internationaux. Le Comité international (International Board) exerce quand à lui le pouvoir exécutif. C’est lui qui nomme le ou la Secrétaire général·e qui dirige les affaires courantes de l’organisation à la tête du Secrétariat international.

Le Secrétariat international a son siège principal à Londres et des bureaux régionaux à Beyrouth, Bruxelles, Dakar, Johannesburg, Nairobi, Hong Kong, Tunis, Bangkok et New Dehli, Lima, Mexico, Moscou, Paris, et New York et Genève (ONU).

Les tâches du Secrétariat international

Le Secrétariat international et ses bureaux régionaux garantissent l’unicité de l’organisation, il exerce des tâches au profit de tout le mouvement et établit les bases de son travail. On notera en particulier :

  • Les missions d’enquêtes et la rédaction de rapports sur la situation des droits humains dans le monde entier.
  • La garantie d’une représentation cohérente, partout dans le monde, des thèmes et des situations abordées par Amnesty International et de leurs effets sur les êtres humains et les communautés.
  • L’analyse juridique des résultats de ses enquêtes, qui sert de matériau de base pour le travail de lobbying auprès des organisations internationales.
  • La préparation de matériel pour le travail de campagne à l’attention des sections
  • La surveillance des finances de l’organisation au niveau mondial
  • La garantie d’une présence active 24/24h de l’organisation.
Les tâches des sections nationales 

Les sections nationales sont compétentes pour

  • Le travail de lobbying auprès des gouvernements locaux,
  • Le travail de campagne, la communication et la recherche de fonds dans leur propre pays ou région,
  • Le travail en direction des médias nationaux et régionaux,
  • Le recrutement de nouveaux membres et sympathisants.

Dans certains cas les sections nationales enquêtent également sur les violations des droits humains commises dans leur propre pays. Elles sont toutefois soumises à des conditions et un contrôle très stricts de la part du Secrétariat international.

Les groupes et les membres individuels

De nombreux membres d’Amnesty International font partie d’un groupe local ou thématique au sein duquel ils ou elles s’engagent. Les groupes d’Amnesty International sont des unités officielles de l’organisation et accomplissent un travail énorme pour le mouvement, que ce soit pour la concrétisation des campagnes, dans le travail auprès du grand public ou encore pour recruter de nouveaux et nouvelles intéressé·e·s.