© JR et Marco
© JR et Marco

Livre Se reconnaître dans l’autre

Article paru dans le magazine AMNESTY, n°53, publié par la Section suisse d’Amnesty International, mai 2008.
Les visages sont hilarants et se ressemblent étrangement. Ces portraits géants affichés en Israël et dans les territoires palestiniens donnent un aspect ludique à des murs tristes.

JR et Marco, deux «artivistes», ainsi qu’ils se surnomment, arrivent en 2005 en Terre Sainte, pour comprendre «pourquoi Israélien·ne·s et Palestinien·ne·s n’arrivent pas à vivre ensemble». L’un vit à Genève, l’autre en France; ils parcourent le pays, l’observent, l’admirent, le photographient. Et sont immédiatement frappés par la grande ressemblance physique entre les deux peuples: « Ils parlent presque la même langue, comme des frères jumeaux qui ont grandi dans la même famille. Une femme religieuse, voilée, a une soeur jumelle qui vit de l’autre côté. Un agriculteur, un chauffeur de taxi, un professeur, a son frère jumeau face à lui. Et il ne cesse de se battre contre lui.»

Naît alors le projet qui les rendra célèbres. Marco et JR veulent réaliser des portraits de Palestinien·ne·s et d’Israélien·ne·s qui exercent le même métier, et les mettre côte à côte dans des lieux extrêmement fréquentés. En affichant ces photos dans un format qui ne permette à personne de les ignorer, car le but de l’initiative est de faire réaliser leurs ressemblances à ces populations déchirées par un trop long conflit. Ou, du moins, «que tout le monde rie». Car le projet est ludique: rabbin et imam, chauffeurs de taxi, vendeurs sont affichés un peu partout. Pour rendre les photos plus surprenantes encore, les deux artistes les ont prises dans un format 28 millimètres. Et ont demandé à celles et ceux qu’ils photographiaient de faire des grimaces.

Au-delà de l’originalité de l’initiative et de leur qualité artistique, les photos de Face 2 Face ont un impact fort au niveau de la perception d’autrui: on ne peut effectivement pas espérer de réconciliation si on ne parvient pas à reconnaître ses propres peurs, ses espoirs et ses souffrances en l’autre. Un très beau livre recueille l’ensemble de leurs photos ainsi que les témoignages d’Israélien·ne·s et de Palestinien ·ne·s qui ont accepté de jouer le jeu. L’ouvrage est un appel à la réconciliation et à la fraternité: l’humanité de ces visages semblables, mis côte à côte, vaut mieux que n’importe quel discours pacifiste.