© trigon-film
© trigon-film

Suisse Crampons et intégration

Article paru dans le magazine AMNESTY, n°61, publié par la Section suisse d’Amnesty International, mai 2010.
Dans son documentaire Pizza Bethlehem , Bruno Moll s’est immergé dans le quartier populaire de Bethlehem à Berne. Crampons aux pieds, il a suivi le quotidien de l’équipe locale de football féminin.

Une barre d’immeuble s’élève au dessus de la forêt. Le bruit des oiseaux en arrière-fond est parasité par le son des camions et des voitures qui défilent sur l’autoroute. Gros plans sur d’autres immeubles massifs : volets rouges, jaunes, bleus. Le nombre de fenêtres est impressionnant. Le T-shirt plein de sueur, un homme aligne attentivement les formes géométriques sur une pelouse, pour refaire les lignes du terrain de football. Pendant ce temps, on s’échauffe, une dizaine de mollets verts traversent rapidement l’écran. Bienvenue à Bethlehem.

© trigon-film

Au centre du documentaire de Bruno Moll, neuf jeunes femmes qui jouent au FC Bethlehem. L’équipe reflète la composition ethnique du quartier bernois dans lequel vivent les filles – un quartier multiculturel. En bas de chaque immeuble, l’Europe et l’Afrique s’affichent sur les essaims de boîtes aux lettres. «Ceux-ci viennent peut-être d’Afrique. Là, c’est des Italiens, des Turcs, des Italiens», énonce la jeune Agime en passant son doigt le long des boîtes. «Ceux-là viennent de Serbie, Macédoine», ajoute El-maze.

Les vieilles ruelles de quartiers de Bethlehem sont dominées par quatre lotissements : Grossübe bauungen Tscharnergut, Holenacker et Gäbelbach et le centre Brünnen, actuellement en construction. Au milieu de ces monstres de béton, l’intégration sociale se joue aussi sur le terrain de football. «Nous nous battons les unes pour les autres. L’une aide l’autre. Nous sommes une équipe. Nous nous soutenons», explique l’une des joueuses. L’entraîneur aussi est issu de l’immigration, une génération plus tôt. «Je suis né et j’ai grandi ici, mes parents vivent ici depuis 35 ans. Pendant huit ans, je suis allé à l’école italienne, malheureu-sement pas à l’école suisse. La vieille génération disait toujours : "L’année prochaine nous rentrerons". Huit années passent, un jour on a seize ans, l’école est finie et on se rend compte qu’on est toujours là.»


Hors champs

Bruno Moll sort aussi sa caméra du terrain de football pour nous plonger dans le quotidien de ces jeunes filles : école, amour, travail et famille. Il explore la perception que ces joueuses amatrices ont d’elles-mêmes, de leurs rêves et de leurs craintes, de la religion, de l’éducation et de l’amour.

Qu’est-ce que cela signifie d’être un étranger dans le pays où on a grandi, où on se sent chez soi ? Le documentaire de Bruno Moll apporte des éléments de réponse à cette question. Le réalisateur confie : «L’immigration qui nous fait généralement peur provient des pays pauvres et en guerre. Ces immigrations largement non désirées, en dépit de toutes les barricades que l’on construit, ne diminueront pas dans les années à venir. Ces gens font partie de cette société, que nous appelons ''nôtre''. Et il ne peut s’agir de simple intégration. Une fusion doit avoir lieu, afin que naisse quelque chose de nouveau. Le manque de volonté des deux côtés à accepter ceci conduit à certaines situations de conflit grave.»