Pakistan Musique explosive

Article paru dans le magazine AMNESTY, n°63, publié par la Section suisse d’Amnesty International, novembre 2010.
La musique est en état de siège dans la région du Nord-Ouest du Pakistan. Musicien·ne·s assassiné·e·s, explosions de magasins de CD, les extrémistes religieux veulent réduire au silence la musique populaire. Rencontre avec Marie Korpe, spécialiste du Pakistan pour l’ONG Freemuse qui se bat depuis des années contre la censure musicale.

L'ONG Freemuse se bat depuis des années contre la censure musicale. © freemuse.org

AMNESTY : Combien de magasins de musique ont-ils été attaqués cette année ?

Marie Korpe: selon nos informations, au moins deux attaques ont eu lieu. au début du mois d’avril, un magasin de Cd a explosé à tank, dans le sud Waziristan. Le 28 janvier, dix personnes ont été blessées suite à une explosion qui a endommagé dix magasins dans un marché de la petite ville de Jand, dans la province du Punjab. depuis 2006, nous avons recensé plus de 800 magasins de musique qui ont été la cible de groupes religieux extrémistes dans les différentes parties du nord-Ouest du Pakistan.

Ces groupes s’en prennent-ils directement aux musicien·ne·s ?

Oui, clairement. Un groupe de fondamentalistes religieux a attaqué un rassemblement de musiciens à nowshera dans la province du nord-Ouest en septembre. Les chanteurs étaient là pour recueillir des dons pour les victimes des inondations. Le groupe a pris en otage les artistes durant plusieurs heures. Pire, en 2009, une chanteuse pachtoune a été tuée. selon son mari, elle aurait été assassinée par ses frères, qui désapprouvaient son choix de devenir chanteuse. Une année plus tôt, le célèbre joueur d’harmonium anwar Gul a été assassiné. il a succombé à ses blessures suite à l’attaque de deux hommes armés.

Les grandes villes comme Islamabad, Lahore ou Karachi sont-elles aussi touchées ?

La plupart des attaques ont eu lieu ces deux dernières années dans les zones tribales. Mais en 2008, lorsque les talibans ont pris le contrôle de la vallée de swat, des attaques similaires ont eu lieu contre les musiciens et les magasins. La musique a aussi été totalement bannie des ondes radio. Mais je ne pense pas que les personnes ont de la peine à acheter de la musique dans les autres parties du Pakistan.

Comment le gouvernement réagit-il face à cette violente censure ?

Les autorités sont plutôt silencieuses. Mais il ne faut pas oublier que les zones tribales ne sont pas contrôlées par le gouvernement pakistanais, mais par les policiers tribaux locaux. Le gouvernement pakistanais a des représentations, des gouverneurs dans chaque district tribal. en réalité, il contrôle surtout les routes, alors que le reste est aux mains de la police tribale.

La musique est-elle réellement interdite par l’islam ?

Non, la musique n’est interdite ni dans le Coran, ni dans l’islam. Mais c’est vrai que certains extrémistes religieux en font une interprétation différente...

D’ailleurs, les talibans n’hésitent pas à produire de la musique ?

Des hymnes djihadistes et des Cd prônant la «justice talibane» inondent les marchés du nord-Ouest du Pakistan. Chaque groupe taliban a sa propre maison de production avec son équipe qui embauche des jeunes gens pour chanter ces hymnes, afin d’attirer de nouveaux fidèles. Les copies, vendues par milliers, sont aussi un bon moyen pour financer leurs activités.