La révolution 2.0 fait face à la censure : surveillance des internautes, blocages de sites, adoption de lois liberticides et arrestations. © AI
La révolution 2.0 fait face à la censure : surveillance des internautes, blocages de sites, adoption de lois liberticides et arrestations. © AI

Internet Agir en ligne avec Amnesty

Article paru dans le magazine AMNESTY, n°65, publié par la Section suisse d’Amnesty International, mai 2011.
Internet et les réseaux sociaux ont joué un rôle central dans la chute du dirigeant tunisien Ben Ali et du président Moubarak en Egypte. Depuis la Suisse aussi, il est possible de devenir cyber-activiste des droits humains. Gros plan sur les outils numériques d’Amnesty International.
Actions en ligne

Qu’est-ce qu’une action en ligne?

Tout comme une pétition que vous signez dans la rue, les actions en ligne représentent l’un des moyens d’action pour exiger que les droits humains sont respectés, protégés et concrétisés. Mais contrairement à une pétition sur un stand, vous n’avez à vous rendre nulle part pour la signer: vous pouvez le faire depuis chez vous sur votre ordinateur. Les pétitions en ligne représentent une façon simple et rapide d’unir votre voix à celles d’autres sympathisant·e·s et membres d’Amnesty International et de défenseurs et défenseuses des droits humains du monde entier pour faire pression sur les Etats et les décisionnaires responsables de violations de droits humains.

Faits et chiffres

En Suisse, la première action en ligne a été menée en mai 2006. Depuis, près d’une cinquantaine d’actions ont été lancées. En moyenne, un millier de personnes participent à chaque action.

Comment s’engager?

Il suffit de se rendre sur www.amnesty.ch/agir

Réseaux

Qu’est-ce qu’un réseau?

Les réseaux permettent de s’engager de manière individuelle ou en groupe, à la maison ou dans la rue, régulièrement ou de manière ponctuelle. Les membres du réseau reçoivent toutes les 4 à 6 semaines des informations et des propositions d’actions concrètes via une newsletter électronique.

Faits et chiffres

Il existe quatre réseaux lancés en 2008: droits des femmes (650 membres), pour un monde sans torture ni peine de mort (400), justice et pauvreté (450), asile, migration et discrimination (358).

Comment s’engager?

Il suffit de se rendre sur www.amnesty.ch/reseaux

MOBILE:ACTION

Qu’est-ce qu’une MOBILE: ACTION?

Un moyen rapide et facile pour s’engager par SMS en faveur de personnes gravement menacées de persécution, de violence ou de torture. Environ deux fois par mois, vous recevez une proposition d’action sur votre portable. Votre SMS vaut automatiquement comme signature électronique. Les réponses parvenues par SMS sont récoltées, une liste de signatures est imprimée et transmise avec les revendications d’Amnesty aux autorités concernées.

Faits et chiffres

La première action SMS a été lancée le 9 décembre 2010 pour demander la libération de la prisonnière d’opinion chinoise Mao Hengfeng. Quatre cent cinquante personnes y ont participé. Depuis, huit actions SMS ont eu lieu. Actuellement, plus de deux mille personnes sont actives avec leur téléphone. Dernier succès en date: l’abolition définitive de la peine de mort par l’Etat de l’Illinois aux Etats-Unis.

Comment s’engager?

Il suffit d’envoyer un SMS avec le texte START AMNESTY au numéro 723. Vous recevrez immédiatement une confirmation d’inscription par SMS, dans lequel il vous sera demandé d’envoyer votre nom, afin que nous puissions utiliser votre SMS pour notre liste de signatures. La réception des propositions d’actions est gratuite et le coût de vos envois est de 90 centimes par SMS. Ce montant permet à Amnesty International de gérer MOBILE:ACTION en couvrant ses frais. Les envois des SMS d’inscription et de désinscription vous seront facturés par votre fournisseur de téléphonie comme un SMS.

Mécanisme de prévention international des expulsions forcées

Qu’est-ce que ce mécanisme?

Il s’agit d’un dispositif d’action mis en place par quinze sections d’Amnesty International, en partenariat avec des ONG locales dans différents pays (Nigeria, Kenya, Serbie, etc.), pour tenter d’empêcher les expulsions forcées. Le fonctionnement est simple : une ONG partenaire sur le terrain donne l’alarme sur une expulsion forcée imminente; en 48 à 72 heures, les militant·e·s et sympathisant·e·s d’Amnesty, alerté·e·s par mail, se mobilisent dans le monde entier. Selon la nature de la menace dans le pays concerné, ils organisent des actions de protestation et des récoltes de signatures express, alertent les médias dans leur pays, leur ambassade dans le pays concerné, etc.

Faits et chiffres

Le mécanisme a été créé en septembre 2010. Depuis, il compte près de six cents membres en Suisse.

Jusqu’à présent, chaque alerte a permis d’empêcher l’expulsion. Au Ghana, des centaines de personnes vivant le long des voies ferrées étaient menacées. Suite à notre intervention, la municipalité d’Accra n’a pas procédé à l’expulsion et a décidé de discuter des alternatives avec les personnes concernées.

Comment s’engager?

Il suffit de se rendre sur www.amnesty.ch/dignite

Réseaux sociaux: Facebook

Qu’est-ce que Facebook?

Facebook est le réseau social numéro un sur la toile. A la fin de l’année 2010, il comptait six cents millions de membres. Le président américain Barack Obama ou encore le Secrétaire général d’Amnesty, Salil Shetty, y ont leur page. On y décrit ses états d’âme, ses dernières vacances, mais on peut aussi l’utiliser comme source de mobilisation comme lors des révolutions tunisienne et égyptienne. La Section suisse a deux pages Facebook qu’elle alimente quotidiennement avec des informations d’actualités, des propositions d’actions en ligne ou de manifestations, ou encore des photos et vidéos.

Faits et chiffres

La Section suisse d’Amnesty International a une page Face-book en allemand et en français depuis septembre 2010. Nombre de fans : 2700 (page allemande), 1000 (page romande).

Comment s’engager?

S’inscrire sur Facebook et devenir «fan» de la page «Amnesty International Suisse»