Lore Zablonier, membre du comité des Aînées pour la protection du climat, en plein «lavage de climat». © Nelly Rodriguez
Lore Zablonier, membre du comité des Aînées pour la protection du climat, en plein «lavage de climat». © Nelly Rodriguez

Réchauffement climatique «Ça ne nous suffit pas»

Par Carole Scheidegger - Article paru dans le magazine AMNESTY n° 93, Juin 2018
Rester à la maison lors de la canicule et fermer les volets? Les Aînées pour la protection du climat ne veulent pas se contenter de ce conseil. Elles exigent que la Confédération en fasse plus contre le réchauffement climatique.

Comment fonctionne un lavage de climat? Heidi Witzig le sait. Debout dans une salle de la Kunsthaus de Zurich, elle demande à la cinquantaine de personnes présentes devant elle de participer au lavage. En petits groupes, les visiteurs et visiteuses de l’exposition doivent se concerter et discuter de mesures concrètes qui permettraient de contenir le changement climatique. L’action a lieu dans le cadre de l’exposition «Autorreconstrucción : Social Tissue», de l’artiste mexicain Abraham Cruzvillegas.

L’historienne Heidi Witzig est l’une des quelque 1000 «Aînées pour la protection du climat» en Suisse. Ce projet, commencé et soutenu par Greenpeace, a suscité une grande attention médiatique lors de son lancement. Des femmes dans leur bel âge, comme on le dit joliment, ont adressé en novembre 2016 une requête en justice au Conseil fédéral et à l’administration fédérale (Office fédéral de l’environnement, Office fédéral de l’énergie et Département fédéral de l’environnement, des transports, de l’énergie et de la communication). Son titre: «Requête en cessation des actes illicites par omission en matière de protection du climat». La réponse du Département fédéral de l’environnement, des transports, de l'énergie et de la communication (DETEC) est arrivée une demi-année plus tard. Sans un mot sur le fond, elle se contentait de relever que les plaignantes n’avaient pas qualité pour agir. Face à cette décision de non-entrée en matière, l’association a déposé un recours au Tribunal fédéral administratif, qui était encore pendant au moment de la rédaction de cet article.

Cela nous concerne

le changement climatique ne touche pas seulement les habitant·e·s des îles des mers du Sud en train de couler ou les ours blancs du cercle polaire.

Les aînées veulent montrer que le changement climatique ne touche pas seulement les habitant·e·s des îles des mers du Sud en train de couler ou les ours blancs du cercle polaire. Il nous concerne aussi, ici, au milieu de l’Europe. Leur argumentation: les personnes âgées, et encore plus les femmes, sont particulièrement affectées par les épisodes de vagues de chaleur de plus en plus fréquents et intenses causés par le changement climatique. En 2003, la canicule aurait causé 70 000 décès supplémentaires en Europe. Les autorités fédérales ont donc le devoir d’en faire plus : elles ne s’impliquent pas assez pour limiter le réchauffement climatique à 2 degrés, qui est pourtant l’objectif de réduction fixé par la Loi suisse sur le CO2 d’ici à 2020. «La recommandation de la Confédération, c’est: quand il fait chaud, baissez les volets et restez à la maison», explique Lore Zablonier, membre du comité des Aînées pour la protection du climat. «Ça ne nous suffit pas!» Les plaignantes sont prêtes à porter leur requête jusqu’à la Cour européenne des droits de l’homme si besoin.

Retour à la Kunsthaus: les participant·e·s – majoritairement des personnes âgées – s’impliquent, inscrivent sur des feuilles A4 des propositions comme «prendre moins l’avion», «agriculture biologique», «ne pas manger de viande», et les accrochent sur une corde à linge. Puis, la discussion s’engage. Tout le monde est plutôt d’accord sur ce qui devrait être fait, mais personne ne souhaite donner des ordres aux autres. «Devrais-je faire remarquer à mes connaissances qui font constamment de longs trajets en avion à quel point c’est mauvais pour le climat?», demande une visiteuse. Non, pensent les autres – peut-être que vous-même n’êtes pas toute rose en matière de climat non plus, il faut commencer par balayer devant sa propre porte. Ce qui est essentiel, c’est de chercher le bon équilibre. «Tout doit être équilibré», lance Heidi Witzig à ses invité·e·s en guise de conclusion.