Amine Diare Conde et Tatiana Lista Auderset.  ©Jenny Milow et DR
Amine Diare Conde et Tatiana Lista Auderset. ©Jenny Milow et DR

L'engagement, moteur de changement Pas de confinement pour la solidarité

Par Emilie Mathys et Manuela Reimann Graf- Article paru dans le magazine AMNESTY n°103, décembre 2020
La pandémie de coronavirus a aggravé la situation déjà difficile des personnes touchées par la pauvreté en Suisse, et en particulier celles des sans-papiers. Des citoyen·ne·s n’ont pas hésité à sauter dans la brèche lorsque les réseaux sociaux traditionnels de l'aide social ont menacé de s'effondrer.

Les images montrant des files interminables de personnes en attente d’un colis de nourriture ont fait le tour du monde, se frayant un chemin jusque dans le New York Times : l’opulente Genève internationale a mal à sa précarité. S’il a fallu attendre la pandémie de Covid-19 pour mettre en lumière la condition de milliers de personnes vivant à côté de chez nous, la situation n’est en rien inédite. Mais elle s’est aggravée, particulièrement pour les migrant·e·s sans statut légal, subsistant grâce à une économie parallèle chamboulée par les restrictions qui ont paralysé le pays dès le 16 mars 2020. Sans papiers, le filet social leur est refusé. Et leurs contrats informels d’aides de nettoyage, aides-soignantes, ou encore ouvriers du bâtiment sont les premiers à sauter. Selon une étude réalisée à partir de 2015, on estime à environ 100 000 le nombre de personnes vivant en Suisse sans statut de résident régulier. Un chiffre qui serait largement sous-estimé, estiment les associations.

Des profils hétéroclites

Une lueur d’espoir et d’humanité toutefois : face à une précarité désormais impossible à ignorer, les actions bénévoles ont fleuri et fleurissent encore, partout en Suisse. Un complément plus qu’essentiel aux aides « officielles » lacunaires.

«On était une quinzaine d'employé.e.s de la Comédie disposant de 650 sacs. Le double de personnes s’est présenté. En voyant les kilomètres de queue, on s’est vraiment rendu compte de l’ampleur de la situation» Tatiana Lista Auderset

Le projet de distribution des colis alimentaires qui a eu lieu aux Vernets (GE) du 2 mai au 6 juin, au cours duquel près de 16 000 colis ont été fournis (soit 207 tonnes de nourriture), a débuté… dans un garage ! Dès l’annonce du confinement, alors que les quotidiens chavirent, Silvana Mastromatteo, présidente de la Caravane de solidarité[1] et son mari se lancent dans la préparation de sacs de nourriture depuis leur domicile. Grâce à leur vaste réseau, les donateurs et donatrices répondent présent·e·s dès le début. Mais le contexte sanitaire force le couple à se déplacer ; il poursuit alors son action sur la plaine de Plainpalais. Une chose en entraînant une autre et face à l’afflux des bénéficiaires, la police est alertée et le projet avorté. « J’ai eu vent de cette histoire sur les réseaux sociaux. En me renseignant pour savoir s’il existait d’autres points de récolte et ne trouvant rien, je me suis demandé comme cela était possible, alors qu’on savait qu’une partie de la population avait été touchée de plein fouet par les mesures », se rappelle Tatiana Lista Auderset, responsable des actions culturelles du théâtre de la Comédie. Elle interpelle alors sa direction pour mettre à disposition le théâtre comme lieu de distribution. Au même moment, Médecins Sans Frontières (qui cordonnera ensuite le flux et la logistique aux Vernets) se manifeste et, en collaboration avec la Ville de Genève, une action se met finalement en place dans une école du centre-ville. « On était alors une quinzaine d'employé.e.s de la Comédie disposant de 650 sacs. Le double de personnes s’est présenté. En voyant les kilomètres de queue, on s’est vraiment rendu compte de l’ampleur de la situation », poursuit Tatiana Lista Auderset. « Cela a été une journée horrible, on est tous rentrés chez nous extrêmement choqués ». Afin de moins exposer les sans-papiers aux regards et de disposer d’un lieu plus vaste pour garantir le respect de la distance physique, les distributions se déplacent aux Vernets début mai. Tatiana Lista Auderset, alors détachée par sa direction, se voit attribuer la fonction de coordinatrice des bénévoles. À partir de là, c’est la « folie » : les demandes de bénévolat affluent par mail, via les réseaux sociaux et même sur le téléphone privé. En tout, plus de 800 personnes proposent leurs services, un certain nombre se voyant même refuser leur aide en raison des mesure sanitaires. « On a vu arriver d’autres ressources bénévoles que celles dont on a l’habitude, comme les retraités par exemple. Avec le confinement, les gens avaient du temps. Et puis, on a toutes et tous été touché·e·s de près ou de loin par le coronavirus et le confinement. Il y a eu un vrai besoin d’être ensemble, de faire communauté et d’aider concrètement », souligne la coordinatrice. Un engagement hétérogène et inédit qui voit des collégien·ne·s, des banquiers et des banquières, une mère et son fils, des bénéficiaires de l’hospice général et même des sans-papiers donner de leur temps tous les week-ends, dans un mélange de tristesse, de préoccupation, de rires et d’énergie collective.

«On a vu arriver d’autres ressources bénévoles que celles dont on a l’habitude, comme les retraités par exemple. Avec le confinement, les gens avaient du temps.»

Un sans-papier au service des sien·ne·s  

Outre-Sarine, à Zurich, Amine Diare Conde n’a pas non plus attendu que les autorités s’organisent pour s’activer. Le jeune Guinéen, lui-même sans-papiers, arrivé en Suisse à l’âge de seize ans après plusieurs tentatives ratées de traverser la Méditerranée, ne connaît que trop bien ce que signifient les mesures sanitaires pour les « illégaux », eux qui reçoivent CHF 8,50 par jour pour se nourrir. Auparavant déjà très actif dans de nombreux projets de soutien aux demandeurs d’asile, « j’ai réalisé que cela n’avait aucun sens de vivre dans la crainte constante d’être expulsé », le jeune homme de 22 ans réussit à obtenir 5000 repas auprès d’un service de restauration pour crèches désormais fermé. À l’École Autonome de Zurich (ASZ), gérée par des migrant·e·s, il organise un service de distribution de nourriture en un rien de temps. Avec d’autres bénévoles, il collecte des aliments donnés par des restaurants et des entreprises. « Nous attentions 500 personnes, mais évidemment, beaucoup plus sont venues ».

Le projet s’est depuis lors renommé « Essen für alle » (de la nourriture pour tous) et, grâce aux dons, il fournit jusqu’à 1000 personnes par semaine en produits de première nécessité ainsi qu’en masques, « car nous ne voulons pas distribuer le coronavirus », sourit Amine. Au total, Amine Diare a désormais accès à un réseau de plus de 300 volontaires, toutes et tous enregistré·e·s dans son téléphone portable qui sonne en permanence. Aujourd’hui, le jeune homme est presque une célébrité à Zurich, grâce à son projet, et a été nominé pour le « Prix Courage 2020 » du magazine suisse-allemand Beobachter. Une jolie reconnaissance pour un investissement très médiatisé qui aurait pu coûter à Amine Diare Conde sa présence sur le sol helvétique.

Des actions jusqu’en décembre

La crise étant malheureusement loin d’être un mauvais souvenir, les actions de solidarité ont toujours lieu, mais désormais, comme c’est le cas à Genève, de manière décentralisée. Si s’engager c’est donner, c’est aussi recevoir, tient à souligner Tatiana Lista Auderset, qui a repris ses activités à la Comédie mais reste profondément marquée par cette première expérience de bénévolat : « Les Vernets ont été une expérience incroyable, une expérience de vivre ensemble très intense au niveau émotionnel, qui m’a redonné confiance en l’humain. Il ne faut pas avoir peur d’en sortir transformé·e·s ». Si la pandémie nous a isolé·e·s physiquement, elle nous aura aussi permis nous rapprocher humainement. Bientôt toutes et tous atteint·e·s par le virus du bénévolat ?

[1] Une association qui a pour but de fournir des produits de première nécessité aux personnes réfugiées et aux sans-papiers à Genève