Inde : minorités en ligne de mire

Pays du multiculturalisme par excellence, l’Inde n’en reste pas moins divisée : la vague des violences interethniques des années 1990 connaît un dangereux regain, encouragé par le premier ministre indien, Narendra Modi, membre du parti nationaliste hindou au pouvoir. Dans son viseur, la communauté musulmane – première minorité du pays – en butte à des discriminations institutionnalisées et aux violences. Plus largement, l’Inde reste l’un des pays les plus dangereux au monde pour les femmes et les communautés LGBTQIA+, sans parler d’une liberté d’expression constamment rudoyée. Si les choses bougent, que diverses initiatives fleurissent pour mettre en lumière les populations les plus affectées par un système de castes encore en vigueur, plus que jamais, en Inde, il faut lutter pour exister.
Page 1 sur 3