I Welcome Rétrospective de l’action de solidarité

février 2017
Le 3 février, plusieurs militantes et militants d’Amnesty ont installé leurs tentes sur la Waisenhausplatz à Berne. En reconstituant symboliquement un camp de réfugié·e·s, nous voulions montrer notre solidarité envers les personnes bloquées sur les îles grecques et sensibiliser les passant·e·s aux conditions de vie difficiles.

En raison de l'accord passé entre l'Union Européenne (UE) et la Turquie, des milliers de réfugié·e·s sont bloqué·e·s sur les îles grecques, dans l’attente d’être renvoyé·e·s vers la Turquie. Sur place, leurs conditions de vie sont désastreuses : beaucoup ont passé l’hiver sous tente, affrontant la neige et le froid, et attendent aujourd’hui encore par une météo toujours capricieuse.

Nous avons pu communiquer via Skype avec un journaliste grec se trouvant dans le camp de Moria, sur l’île de Lesbos, ainsi qu’avec une volontaire de Swisscross à Frakapor, près de Thessalonique. Ils nous ont fait part de la situation sur place. Une famille de réfugié·e·s syrien·ne·s nous a en outre montré la tente dans laquelle elle vit et raconté les difficultés de son quotidien.

La récolte de signatures de notre pétition s’est très bien passée et nous montre, une fois de plus, à quel point nos revendications sont soutenues par la population. Nous demandons au Conseil fédéral d’accélérer la procédure d’accueil pour les réfugié·e·s se trouvant en Grèce et d’offrir au gouvernement grec un soutien logistique et financier. Nous demandons en outre à la Commission européenne d’exercer une pression sur les autorités grecques pour que les réfugié·e·s soient amené·e·s au plus vite en Grèce continentale, accueilli·e·s avec dignité en vue d’une admission au programme de relocalisation.

Un grand merci à toutes les personnes qui se sont déplacées à Berne et qui ont rendu cette action possible !