Beaucoup de personnes sont victimes de discriminations en raison de leur couleur de peau. © UNHCR/E. Denholm
Beaucoup de personnes sont victimes de discriminations en raison de leur couleur de peau. © UNHCR/E. Denholm

Définition Qu'est-ce que la discrimination?

Droit fondamental inscrit dans la Déclaration universelle des droits de l'homme, il n’en demeure pas moins l’objet d’une des atteintes  les plus fréquentes dans le monde. Car si les Etats se sont engagés à respecter les droits fondamentaux, la pratique est bien différente dans plusieurs régions du monde.

De nombreuses personnes sont discriminées à cause de leur couleur de peau. Sur la photo: une femme congolaise réfugiée en Ouganda. © UNHCR/E. Denholm

La discrimination peut être inscrite dans la loi d’un Etat, comme ce fut le cas en Afrique du Sud pendant l’apartheid. Mais le plus souvent, elle résulte de la non application des lois protectrices des droits humains. Invoquant la tradition, l’efficacité économique ou encore la spécificité de certains groupes, nombre de populations et de gouvernements la tolèrent naturellement.

Le droit international retient trois critères dans la définition de la discrimination: un traitement défavorable, qui repose sur une base illégitime et dépourvu de justification objective. Pour qu’un acte constitue une discrimination, il doit se rapporter à un critère illégitime: appartenance ethnique, religion, origine nationale ou sociale, langue, apparence physique, ascendance, sexe, orientation sexuelle, âge ou handicap.

La discrimination peut prendre diverses formes à commencer par la privation de droits fondamentaux, comme la circulation, la nationalité ou encore la liberté d’expression, de religion ou d’orientation sexuelle…Elle peut aussi générer des traitements inégaux et défavorables au niveau de l’emploi, du logement ou encore de l’accès à l’éducation et aux soins. Mais la discrimination peut aussi prendre des formes indirectes, servant ainsi de socle à la violation d’autres droits humains comme la privation des libertés, des traitements cruels et dégradants, des crimes contre l’humanité. Les femmes, les minorités sexuelles et les minorités ethniques restent les principales victimes de ces discriminations.

Quelques exemples de discriminations

Distinction lorsque les contrôles de police visent systématiquement des jeunes hommes à la peau foncée.

Exclusion lorsque les Roms se voient refuser des documents d’identité.

Restriction lorsque la liberté de rassemblement est refusée aux homosexuels, lesbiennes, bisexuels ou transsexuels.

Préférence lorsque des logements sont attribués de préférence aux ressortissants d’un Etat.

Séparation lorsque des enfants roms sont systématiquement scolarisés dans des classes ou écoles séparées, sans tenir compte de leurs capacités ni de leurs besoins.

Refus d’équipements adéquats lorsque des bâtiments publics ne sont pas accessibles en chaise roulante.