Colombie, Afghanistan 16 jours pour agir contre la violence envers les femmes

Du 25 novembre, journée internationale pour l’élimination de la violence contre les femmes, au 10 décembre, journée mondiale des droits humains, se dérouleront les 16 jours d’activisme contre la ...
Du 25 novembre, journée internationale pour l’élimination de la violence contre les femmes, au 10 décembre, journée mondiale des droits humains, se dérouleront les 16 jours d’activisme contre la violence faite aux femmes. Des campagnes et des actions auront lieu dans le monde entier. A cette occasion, Amnesty International s’engage en Colombie pour les femmes victimes de violence sexuelle et en Afghanistan pour garantir les droits des femmes dans les pourparlers avec les talibans.

 

Colombie

En Colombie, les abus sexuels à l’égard des femmes constituent une pratique habituelle exercée par toutes les parties au conflit armé interne qui déchire le pays. Il est rare que les survivantes portent plainte en raison des menaces et représailles et, même lorsqu'elles le font, leurs agresseurs ne sont presque jamais traduits en justice.

Amnesty International a demandé aux autorités colombiennes d'élaborer une stratégie globale - en consultation avec les organisations locales - afin de veiller à ce que les actes de violence commis contre des femmes dans le cadre du conflit donnent lieu à une action de prévention, des enquêtes et des poursuites dignes de ce nom, et à ce que les victimes se voient proposer des recours.

Pour agir, commandez en ligne des cartes postales destinées au président colombien.

Pour en savoir plus sur le déni de justice qui touche les femmes survivantes de violences sexuelles

 

Afghanistan

À la suite de l'intervention militaire de 2001 destinée à chasser les talibans du pouvoir, le gouvernement afghan et ses partenaires internationaux se sont engagés à faire progresser les droits des femmes. Les conditions de vie de millions de femmes et de fillettes afghanes se sont améliorées depuis 10 ans.

Pourtant, de nombreuses Afghanes craignent aujourd’hui de voir leurs droits sacrifiés alors que le gouvernement afghan souhaite parvenir à un accord politique avec les talibans. Le bilan des talibans en matière de droits humains est désastreux. Dans les régions actuellement sous leur contrôle, les droits des femmes et des fillettes sont fortement restreints, notamment leur droit de circuler librement et leurs droits à l'éducation, à un emploi et à la participation politique.

Des associations de femmes afghanes ont dit haut et fort qu'elles ne voulaient pas que les négociations de paix ou pourparlers de « réconciliation » avec les talibans mettent en péril les droits fondamentaux et le bien-être de la population afghane. Malheureusement, elles ne sont guère entendues.

Le processus de paix compte parmi les principaux points qui seront abordés lors de la réunion ministérielle de haut niveau qui aura lieu à Bonn, en Allemagne, le 5 décembre. A cette occasion, Amnesty International lance une pétition appelant le gouvernement afghan à garantir les droits des femmes et leur participation au processus de paix.