Interruption de grossesse Retour en arrière aussi en Suisse?

Une initiative populaire veut revenir sur les droits sexuels et reproductifs des femmes et des jeunes filles en Suisse.

Les groupes anti-avortement ont lancé en 2010 l’initiative  «Financer l’avortement est une affaire privée». L’initiative exige que les coûts des interruptions de grossesse ne soient plus pris en charge par l’assurance-maladie.

Les droits sexuels et reproductifs des femmes et des jeunes filles en Suisse seraient fortement dégradés si une telle réglementation venait à passer.  Elle engendrerait une forte discrimination à l’égard des femmes en ce qui concerne les services basiques de santé. Les femmes socialement et financièrement défavorisées en particulier seraient poussées à procéder à des avortements dans des conditions incertaines et dangereuses.

C’est pourquoi Amnesty International s’est jointe à la critique de plusieurs organisations et appelle au rejet de l’initiative.

Consultez la résolution : «Nous ne tolérons aucune régression!»