Commission de la condition de la femme (CSW) de l'ONU Les Nations unies gardent le cap en matière de droits des femmes

Une petite avancée pour les droits des femmes a été réalisée à la Commission de la condition de la femme (CSW) des Nations unies. Les gouvernements s’y sont engagés à prendre une série de mesures pour lutter contre la violence fondée sur le genre.

Le document final de la Commission appelle les Etats à s’assurer que les droits humains des femmes, y compris leurs droits reproductifs, soient protégés et garantis. Les Etats doivent garantir l’accès aux services sanitaires en matière de sexualité et de reproduction. La Commission, pour la première fois, y a inclus la contraception d’urgence. De plus, les Etats doivent développer et mettre en œuvre une éducation sexuelle pour tous les jeunes.

Les conclusions concertées comprennent également une référence au soutien et à la protection des défenseures des droits humains. «En tant que membres de la Coalition internationale pour les défenseures des droits humains, nous nous réjouissons de leur reconnaissance par la CSW», a déclaré Danna Ingleton de l’équipe des Individus en danger d’Amnesty International. «Les défenseures des droits humains qui se sont exprimées à New York ont souligné à quel point leur protection est essentielle pour mettre un terme à la violence contre les femmes et les filles. Comment cette violence peut-elle cesser lorsque celles qui s’élèvent pour leurs droits sont elles-mêmes les cibles ou les victimes de violences?»

«Il est rassurant de voir que la CSW a réaffirmé que la coutume, la tradition ou les considérations religieuses ne sauraient être avancées dans le domaine des droits des femmes», a souligné Nicole Bjerler, de l’équipe d’Amnesty International aux Nations unies.

«Les conclusions de la Commission sont un nouvel outil pour ceux et celles qui veulent faire des droits des femmes une réalité – des législateurs aux enseignants, des officiers de police au personnel soignant. Elles constituent également un levier pour toute personne qui cherche à rappeler les Etats à leurs obligations en matière de lutte contre la violence fondée sur le genre.»

Lire l'interview de Nathalie Trummer, représentante des ONG dans la délégation suisse à la Commission.