10 décembre, 60e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme Il est temps de tenir les promesses

A la veille du 60e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme, Amnesty International appelle les gouvernements à faire de cet anniversaire non seulement un temps de célébration, mais aussi d’action. Dans le monde entier, des actions sont organisées par les sections d’Amnesty International pour attirer l’attention sur les promesses non tenues de la Déclaration universelle des droits de l’homme. En Suisse, le marathon de lettres vise à récolter 40'000 lettres en faveur de victimes de violations des droits humains.

Action de ballons lors de l'Assemblée générale de la Section suisse d'Amnesty International en avril 2008 ©Adrian Moser

« Les tueries absurdes à Bombay, les milliers de personnes fuyant le conflit en République démocratique du Congo, les centaines de milliers de personnes prises au piège dans des conditions très rudes au Darfour, dans la bande de Gaza et dans le nord du Sri Lanka, et la récession économique mondiale qui risque de paupériser davantage des millions de citoyens – cette actualité souligne l’urgence d’un programme d’action en matière de droits humains », a déclaré Irene Khan, secrétaire générale d’Amnesty International.

Tout en condamnant les attentats terroristes de Bombay, l’organisation a mis les gouvernements en garde contre la tentation de sacrifier les droits humains sur l’autel de la sécurité. « Les gouvernements ont le devoir de protéger les populations contre le terrorisme. Mais détenir des personnes sans inculpation ni jugement pour une durée indéterminée, cautionner ou pratiquer la torture et mettre à mal l’état de droit ne rend pas le monde plus sûr », a affirmé Irene Khan.

Constatant les répercussions sur les pays pauvres de la crise économique mondiale, qui risque de plonger des millions de personnes dans le dénuement, Amnesty International a engagé les gouvernements à protéger les droits économiques et sociaux avec autant de vigueur que les droits civils et politiques.

« L’apport de la DUDH réside dans l’universalité et l’indivisibilité. Les droits humains sont universels : tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Et ils sont indivisibles : tous les droits, qu’ils soient économiques, sociaux, civils, politiques ou culturels, sont d’importance égale et ne sauraient être hiérarchisés, a expliqué Irene Khan.

« Malgré des avancées dans de nombreux domaines au cours des dernières décennies, l’injustice, l’inégalité et l’impunité perdurent dans bien des régions du globe. Le vrai problème est que les gouvernements font des promesses et adoptent des lois, mais ne leur donnent pas suite. Il est temps désormais que les dirigeants du monde remédient à soixante années de carences et tiennent leurs promesses. »

En Suisse : marathon de lettres et manifestations


A l’occasion du 60e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme, le marathon de lettres mis sur pied par Amnesty International vise à récolter 40'000 lettres en faveur de victimes de violations des droits humains. Ces lettres peuvent être téléchargées sur le site internet. De nombreuses actions auront lieu cette semaine dans les écoles, notamment le 10 décembre au gymnase de Morges. De plus, les groupes d’Amnesty International organisent différentes manifestations en Suisse, notamment une soirée de concerts et spectacles à Lausanne le 10 décembre. Plus de détails sur www.amnesty.ch

Communiqué de presse publié le 9 décembre 2008, Lausanne.
» Contact du service de presse