Défense des droits humains Alejandra Ancheita reçoit le Prix Martin Ennals 2014

8 octobre 2014
Alejandra Ancheita a été choisie par le Jury du Prix Martin Ennals, composé de dix organisations non gouvernementales actives dans le domaine des droits humains. Cette décision récompense des personnes qui ont montré un engagement important et font face à un risque personnel sérieux. Décerné le 7 octobre 2014 à 18h à Uni-Dufour dans le cadre de la deuxième semaine des droits humains, ce Prix, activement soutenu par la Ville de Genève, vise à mettre en lumière le travail d’hommes et de femmes engagées et de les protéger à travers une visibilité accrue.

Alejandra Ancheita a fondé et dirige ProDESC, une ONG mexicaine qui soutient depuis plus de quinze ans les migrant·e·s, les travailleurs et travailleuses ainsi que les communautés indigènes afin de protéger leurs terres et leurs droits du travail face aux entreprises transnationales minières et du secteur énergétique. Elle est aussi l’une des pionnières dans la dénonciation de la responsabilité des compagnies transnationales devant les tribunaux mexicains, lorsque les droits des communautés locales ne sont pas pris en compte.

Au Mexique, les défenseurs et défenseuses des droits humains subissent des attaques ainsi que des menaces et peuvent même être victimes de meurtre. Madame Ancheita et ProDESC ont été sujettes à de la surveillance, à une campagne de diffamation dans les médias nationaux et à un cambriolage de leurs bureaux.

Pour Micheline Calmy-Rey, Présidente de la Fondation Martin Ennals, «la sélection d’Alejandra Ancheita met en exergue la puissance des forces qui se liguent contre les défenseuses et défenseurs des droits humains. La collaboration de gouvernements locaux et de tribunaux avec le pouvoir économique peut mener à la diffamation et à des représailles physiques.»

Sandrine Salerno, Conseillère administrative en charge de la solidarité internationale, ajoute qu’«à travers le Prix Martin Ennals, c’est à toutes les militantes et à tous les militants des droits humains que la Ville de Genève souhaite rendre hommage. C’est à toutes celles et à tous ceux qui luttent, souvent au péril de leur vie et de leur liberté, que nous pensons aujourd’hui.».

 


Les deux autres finalistes du Prix Martin Ennals ont reçu un accessit. Il s’agit de:

  • Cao Shunli (Chine)

La mort de Madame Cao Shunli a été annoncée le 14 mars dernier suite au refus de lui prodiguer des soins pour des problèmes de santé connus, ce qui a conduit à une aggravation fatale et à son décès en détention. Depuis 2008, elle se battait pour l’accès à l’information, la liberté de parole et la liberté de réunion. Son décès constitue un exemple tragique des représailles dont souffrent les défenseurs et défenseuses des droits humains.

  • Adilur Rahman Khan (Bangladesh)

Depuis les années 1990, Monsieur Adilur Rahman Khan (Bangladesh) a travaillé sur un grand nombre de problématiques des droits humains, telles que la détention illégale, les disparitions forcées et les assassinats extrajudiciaires. Actuellement, son organisation, Odhikar, risque d’être fermée et des fonds de donateurs sont bloqués par le bureau du Premier Ministre. Il est personnellement passible de poursuites criminelles pour avoir documenté les décès extrajudiciaires de 61 personnes lors de manifestations contre le gouvernement.

 


Le Prix Martin Ennals

Ce Prix est le fruit d’une collaboration unique entre les dix plus grands organismes de promotion des droits humains: Amnesty International, Human Rights Watch, la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH), Front Line, la Commission internationale des Juristes, Human Rights First, le Service international pour les droits de l’Homme, Diakonie Allemagne, Human Rights Information and Documentation Systems (HURIDOCS) et l’Organisation mondiale contre la torture.