Shell viole toujours les droits humains au Nigeria Des jeunes organisent une caravane d'action en Suisse

Novembre 2009
En juin 2009, le Suisse Peter Voser est devenu le nouveau directeur général de Shell. Lors de son premier jour de travail l’attendait sur son bureau une lettre ouverte signée par Amnesty International et huit organisations nigérianes.

La lettre exigeait du chef de Shell qu’il respecte les droits humains dans le delta du Niger et qu’il fasse nettoyer sans délai les plus de 2000 endroits pollués par le pétrole.

Pour rappeler ses responsabilités à Peter Voser, des jeunes militant·e·s ont organisé·e·s en Suisse la caravane «Shell – Nigeria: Clean up for human rights!» entre les 12 et 18 octobre, dans le cadre d’une semaine d’action internationale.
Accompagné·e·s du militant ogoni Celestine Akpobari, venu du Nigeria, les jeunes ont visité des écoles, organisé des spectacles de rue, des concerts et des actions devant des stations essence Shell, pour attirer l’attention du public sur la situation tragique des droits humains dans le delta du Niger et les pratiques des entreprises pétrolières.

Défenseur des droits humains nigérian en Suisse

Celestine AkpoBari, militant des droits humains nigérian, a voyagé en Suisse avec la caravane. Celestine se bat dans son pays pour que les entreprises pétrolières telles que Shell nettoient la pollution qu’elles génèrent et respectent les droits des populations du delta du Niger.

Celestine est né en 1973 dans une famille paysanne, en terre ogoni, dans l’Etat de Rivers, au Nigeria. Son bac en poche, Celestine travaille dans une plantation de palmiers à huile (RISONPALM LTD) pour financer ses études en administration publique. Au cours de ses 10 années passées à travailler dans les plantations, il fut d’abord élu par les 4000 travailleurs en tant que président de la branche Risonpalm du syndicat des travailleurs agricoles du Nigeria puis comme vice-président du mouvement au niveau de l’Etat de Rivers.
Ce sont ses années d’engagement syndical, consacrées notamment à la mobilisation des employé·e·s contre les responsables corrompus de la plantation, qui ont donné à Celestine Akpobari le goût de la lutte contre la corruption et l’oppression.

Dans les années 90, il participe aux programmes de mobilisation de Ken Saro-Wiwa, et en 2005, 10 ans après l’exécution de Ken Saro-Wiwa et des autres militants Ogonis condamnés à mort par le gouvernement, Celestine décide de ranimer la lutte et de réveiller les consciences à travers différents programmes réunis sous le chapeau du Ogoni Solidarity Forum – Nigeria.

En parallèle à ses activités en faveur de la bonne gouvernance et du respect des droits humains, Celestine est très impliqué dans le mouvement d’émancipation des populations du delta du Niger à travers l’action non violente. Son travail de ces quatre dernières années a été particulièrement centré sur la mise en œuvre de la Ogoni Bill of Rights.