Un projet d'accord engage les États à respecter les droits humains et l'égalité entre hommes et femmes dans toutes leurs actions liées au changement climatique mais certains pays s'y opposent. © Amnesty International
Un projet d'accord engage les États à respecter les droits humains et l'égalité entre hommes et femmes dans toutes leurs actions liées au changement climatique mais certains pays s'y opposent. © Amnesty International

COP21 Les droits humains mis à mal dans le projet d'accord sur le changement climatique

10 décembre 2015
Une poignée de pays fait barrage à l'inclusion de références aux droits humains dans des sections importantes de l'accord sur le changement climatique, alors que les ministres se réunissent à Paris le 7 décembre 2015 pour poursuivre les négociations, ont déclaré Amnesty International et Human Rights Watch lundi 7 décembre 2015.

Certains pays et certaines organisations non gouvernementales (ONG) ont critiqué les tentatives de la Norvège, de l'Arabie saoudite et des États-Unis visant à supprimer du projet d'accord final des références clés portant sur les droits humains. En revanche, le Chili, le Costa Rica, le Mexique et les Philippines préconisent d'inclure ces références.

Droits humains et égalité entre hommes et femmes

«Le projet d'accord rendu public le 5 décembre 2015 engage les États à respecter les droits humains et l'égalité entre hommes et femmes dans toutes leurs actions liées au changement climatique, a déclaré Joe Amon, directeur de la division Santé et droits humains à Human Rights Watch. Cependant, certains pays tentent de supprimer ces références de l'article 2, qui précise l'objectif de l'accord, et d'atténuer l'importance accordée aux droits humains dans l’ensemble du document.»

L’importance du respect, de la protection et de la réalisation des droits humains dans le contexte de l'impact du changement climatique sur les populations vulnérables est de plus en plus reconnue dans les négociations internationales sur ce sujet. Lors des négociations, les syndicats et les coalitions représentant les peuples autochtones, les femmes, les jeunes et les habitants des petites nations insulaires, ont particulièrement insisté sur l'inclusion de références explicites aux droits humains dans le traité.

Opposition de plusieurs pays

Toutefois, certains pays comme la Norvège, l'Arabie saoudite et les États-Unis, s'opposent à l'inscription de telles références dans l'article 2, alors qu'elles figuraient dans les précédentes versions de l'accord négociées lors des réunions de Genève et Bonn. Les partisans de ce langage font valoir que cela guiderait les États vers une réponse efficace au changement climatique.

Selon certaines ONG, tous les pays participant aux négociations sur le climat sont déjà liés par au moins un traité relatif aux droits humains et l'inclusion de références solides à ces droits dans l'objectif de l'accord renforce l’idée selon laquelle faire face au changement climatique signifie non seulement protéger la planète, mais aussi ses habitants. Inscrire les droits dans l'article 2, affirment-elles, contribuerait à garantir qu'ils sont pris en compte dans la mise en œuvre de l'accord.

«La Norvège, l'Arabie saoudite et les États-Unis risquent d'être perçus comme des "sceptiques" niant les effets du changement climatique sur les droits humains, a déclaré Ashfaq Khalfan, directeur du programme Droit et politique d'Amnesty International. La Norvège, qui se targue de bâtir des ponts en matière de droits humains, semble plutôt vouloir rompre un lien vital entre protection de l'environnement et droits humains.»

Regain d’attention pour les droits humains

Plusieurs États de toutes les régions du globe se sont exprimés en faveur d'un regain d'attention accordée aux droits humains, en particulier le Canada, le Chili, le Costa Rica, le Mexique et les Philippines. Lors des négociations, de nombreux délégués ont souligné que l'inclusion de ces droits reflète les principes fondamentaux d’atténuation et d'adaptation au changement climatique, et guiderait les gouvernements quant au respect de leurs obligations en matière de protection des droits humains dans la mise en œuvre de l’accord.

Ils ont fait valoir que les droits humains sont primordiaux pour assurer le succès de l'accord et doivent donc figurer dans l'article 2. Le projet actuel met également l'accent sur l'égalité entre hommes et femmes, la sécurité alimentaire, l'équité intergénérationnelle, l'intégrité des écosystèmes naturels et une juste transition pour la main d'œuvre.

Le texte actuel de l'article 2.2 dispose : «Le présent Accord est appliqué sur la base de l’équité et des connaissances scientifiques, et conformément au principe de l’équité et des responsabilités communes mais différenciées et des capacités respectives, compte tenu des situations nationales différentes, et sur la base du respect des droits de l’homme et de la promotion de l’égalité des sexes [et du droit des peuples vivant sous occupation].»

Dimension humaine du changement climatique

John Knox, rapporteur spécial des Nations unies sur les droits humains et l'environnement, a également souligné l'obligation des États de prendre en compte la dimension humaine du changement climatique.

«Il est désormais indiscutable que le changement climatique menace l’exercice d'un vaste éventail de droits fondamentaux, a-t-il déclaré le 3 décembre 2015. En affectant particulièrement ceux qui ont le moins contribué à l'émergence du problème, le changement climatique est en outre profondément discriminatoire.»

Amnesty International et Human Rights Watch sont membres du Groupe de travail sur les changements climatiques et les droits de l'homme.

 

 

 

Merci pour votre don

Votre engagement est notre force. Merci pour votre don