Ghana Expulsion des railway dwellers d’Accra de nouveau repoussée

15 février 2011
Les Railway Dwellers d'Accra n'ont pas été expulsé·e·s mardi 8 février, contrairement à ce qui avait été annoncé par la municipalité d’Accra .

Les entrepreneur·e·s protestent. Article paru le 8 février 2011 dans le journal The Ghanaian Times.

De nombreuses actions ont été menées, parallèlement à l’action de lettres au Président du Ghana, par Amnesty International et d’autres ONG pour empêcher que des centaines de familles soient une fois de plus mises à la rue, sans perspective de relogement.

Le 7 février, Amnesty International et d'autres ONG nationales et internationales, telles que l’Alliance Internationale des Habitants, toutes présentes au Forum Social Mondial de Dakar, ont diffusé une déclaration publique (en anglais ici) pour dénoncer l'expulsion et sont allées manifester devant l'ambassade du Ghana à Dakar. Voir la vidéo de la manifestation ici.

Le même jour, avait lieu à Accra une marche de protestation contre l'expulsion des Railway Dwellers, tandis qu'Amnesty Ghana continuait d'alerter les médias et de donner des interviews à des médias locaux et internationaux, y compris à la BBC. Les petit·e·s entrepreneur·e·s du quartier des voies ferrées ont également organisé une marche de protestation contre le plan d’expulsion, qui menace fortement leur activité économique et donc leur situation financière, déjà précaire (voir photo).

Le risque d’expulsion qui pèse sur les Railway Dwellers d’Accra reste malgré tout bien réel. Amnesty Ghana et leurs partenaires observent la situation de près, bien qu’aucune nouvelle date d’expulsion n’ait été annoncée à ce jour.