© AICH
© AICH

Malaisie La peine de mort en cas de possession de stupéfiants

5 décembre 2017
La Malaisie confère un caractère confidentiel aux informations relevant de l’application de la peine de mort. En 2016, lorsque le gouvernement a publié pour la première fois des informations relatives à la peine capitale, l’ampleur de la situation a finalement été dévoilée: 12 personnes ont été exécutées et 829 condamnées à mort depuis 2010.

Délits: de nombreuses sentences de mort sont prononcées pour des infractions liées au trafic illicite de stupéfiants. Le droit international n’autorise la peine de mort que pour les «crimes les plus graves», soit les meurtres intentionnels. Les délits liés au trafic illicite de stupéfiants ne rentrent pas dans cette catégorie. La Malaisie viole donc le droit international. Le recours obligatoire à la peine de mort pour ce type de délit est également problématique. La loi prévoit par exemple automatiquement la peine de mort en cas de possession de plus de 200 grammes de marijuana.

Méthodes d’exécution: pendaison.

 

Shahrul Izani

Le jeune Sharul Izani, âgé de 19 ans au moment des faits, roule avec la moto de son voisin, lorsqu’il est arrêté le 25 septembre 2003. La police trouve deux sacs en plastique contenant 622 grammes de marijuana dans la moto. Or, la loi malaisienne prévoit automatiquement la peine de mort en cas de possession de plus de 200 grammes de marijuana. Pendant plus de six ans, Shahrul Izani attend d’être jugé en prison. Le 28 décembre 2009, il est condamné à mort pour trafic de drogue. Ses oppositions au jugement ont toutes été refusées. Finalement, il dépose un recours en grâce, sa dernière chance : « J’étais âgé de 19 ans lorsque j’ai été condamné. Il s’agissait de ma première et unique infraction. Lorsque j’étais en prison, en attente de mon procès, mon père est décédé. Ma mère a besoin de moi et m’attend. Chaque personne a le droit à une deuxième chance ». Des personnes du monde entier ont envoyé des messages de soutien pour son recours en grâce. En février 2017, le sultan de Selangor transforme la peine de mort en emprisonnement à vie.