© AI, participantes du cours « Actif contre les discriminations » 2016
© AI, participantes du cours « Actif contre les discriminations » 2016

AI YOUTH Rapport d'expérience S'engager contre les discriminations avec AMNESTY YOUTH

22 novembre 2016
Un rapport d'expérience sur l'atelier « Actif/active contre la discrimination » de Kilian Schlunegger, membre d'AMNESTY YOUTH

Un beau samedi matin d'octobre un groupe de jeunes s'est rencontré lors d'une formation d'Amnesty pour apprendre ce que l'on peut faire activement contre la discrimination. Il y avait des employé·e·s, des étudiante·e·s, des musulman·e·s et des chrétien·ne·s – bref… un groupe de participant·e·s très varié !

Après avoir fait la connaissance de tout le monde nous nous sommes lancés dans la thématique de la journée en parlant des stéréotypes. C’est quoi, en fait, un « stéréotype »  ? Ça fonctionne comment et pourquoi ? Quels sont les effets d’un stéréotype ou d’un préjugé ? Ensuite, on a rassemblé une liste des préjugés existants pour improviser une petite pièce de théâtre qui traitait de tous ces stéréotypes négatifs. Nous avons très vite compris que nous, tous et toutes, avons des stéréotypes parce qu'ils sont nécessaire pour s’orienter dans la vie quotidienne. Mais si on commence à ajouter des valeurs - essentiellement négatives - aux stéréotypes, cela devient très vite dangereux, voire discriminant.

Et c'est ainsi que cette discussion nous a mené au thème principal de la journée : la discrimination !
J'ai appris que l'on discrimine une personne dès l'instant où on la prive de ses droits en raison de sa religion, son sexe, son origine ou selon d’autres critères. Et cela est interdit par loi. Pour moi, cette formation m'a encore une fois montré que la discrimination est l'ennemi d'un « vivre ensemble » dans la paix et en toute liberté.  

Que peut-on faire pour devenir actif contre la discrimination ? En montrant du courage civil ! Beaucoup de participant·e·s avaient déjà expérimenté des situations  où ils/elles voulaient intervenir sans avoir eu le courage de le faire. Mais l'engagement peut s'apprendre et s'entrainer - ce qu'on a pu faire ce jour-là. Nous avons été bousculés, challengés, on a même eu peur mais on rigolait bien ; tout s'est fait avec des jeux de rôle.
Personnellement, j'ai trouvé très sympa qu'il y ait eu une participante en chaise roulante qui a été super bien intégrée.

C'était mon premier cours avec Amnesty. J'y ai beaucoup appris et j'ai déjà hâte de participer à nouveau à d'autres formations exceptionnelles d'Amnesty.

Le prochain atelier « Actif/active contre la discrimination » a lieu le 6 mai 2017.