Qu'est-ce que le marathon de lettres?

Dans la semaine précédant le 10 décembre, Journée internationale des droits humains, la section suisse d’Amnesty International va prendre part au Marathon de lettres qui a lieu à l’échelle mondiale. Une fois de plus, des êtres humains du monde entier vont écrire des dizaines de milliers de lettres en faveur de prisonnières et prisonniers d’opinion, de personnes torturées, maltraitées ou se trouvant en danger à cause de leur engagement pacifique en faveur des droits humains. En 2018, le Marathon de lettres coïncide avec les 70 ans de la Déclaration universelle des droits de l’homme.

Une idée, ….

Le 10 décembre 2001, un groupe local de la section polonaise d’Amnesty International lançait à Varsovie l’idée d’un marathon de lettres. Durant 24 heures, 1000 lettres furent écrites en faveur de prisonnières et prisonniers d’opinion « adoptés » par l’organisation et furent envoyées aux gouvernements des Etats concernés. Cette action eut un succès retentissant.

Deux années plus tard, les sections d’Amnesty reprenaient cette idée dans le monde entier. Ces deux dernières années, des gens de plus de 40 pays – d’Arménie au Zimbabwe – ont participé au Marathon de lettres et écrit en l’espace d’une semaine plus de 150'000 lettres, dont 40'000 provenant de Suisse.

 

…. les objectifs ….

L’objectif du Marathon de lettres est d’inciter dans le monde entier le maximum de gens à écrire des lettres durant la semaine précédant la Journée internationale des droits humains (10 décembre), lettres destinées aux gouvernements responsables de détentions arbitraires, de tortures, de mauvais traitements ou de diverses menaces pesant sur des personnes qui se sont engagées pacifiquement pour défendre leurs convictions et/ou la garantie des droits humains dans leur pays.

Ainsi, les situations de ces personnes sont en quelque sorte mises en lumière, ce qui accentue la pression exercée sur les gouvernements. Ces lettres sont en même temps, pour les êtres humains concernés et leurs proches, un signe de solidarité, un geste fort pour contrer l’oubli. 

 

…. son succès

«Mon propre cas prouve que cette forme d’action est utile et a des retombées positives.»

Vaclav Havel, ancien dissident et prisonnier d’opinion devenu président de la Fédération tchécoslovaque 

Certes, une action de lettres n’apporte pas chaque fois le résultat escompté, mais elle a un impact positif plus souvent qu’on ne le pense : en 2006, des lettres ont été écrites depuis la Suisse en faveur de huit  défenseurs et défenseuses des droits humains « adoptés » par l’organisation – dans quatre cas, le Marathon de lettres a eu un impact positif : la journaliste éthiopienne Serkalem Fasil et Magdalena García Durán, pionnière dans la défense des droits des peuples indigènes du Mexique, ont été remises en liberté, En outre, en Algérie, les plaintes contre Amine Sidhoum et Hassiba Boumerdesi, un avocat et une défenseuse des droits humains, ont été levées.

A fin mai 2008, le gouvernement ouzbèque a libéré plus tôt que prévu la défenseuse des droits humains Mutabar Tadzhibaeva. Elle avait été arrêtée en 2005 suite à ses déclarations publiques sur le massacre d’Andischan. Amnesty avait aussi lancé dans le monde entier des actions de lettres en sa faveur. Succès »

Grâce à une large mobilisation, Yecenia Armenta Graciano a été acquittée au Mexique en 2016 après avoir été injustement emprisonnée pendant quatre ans. Le 10 juillet 2012, elle avait été arrêtée par la police et torturée pendant quinze jours – frappée, soumise à un simulacre d’asphyxie et violée – pour lui soutirer les aveux d’un crime qu’elle n’avait pas commise.

Pour toutes ces raisons, un Marathon de lettres a aussi lieu en Suisse

Cette année aussi, l’objectif de la section suisse d’AI est que des dizaines de milliers de lettres soient envoyées depuis la Suisse en faveur de prisonnières et prisonniers d’opinion ou de défenseurs et défenseuses des droits humains «adoptées» par l’organisation.

Nous allons donc de nouveau, durant la semaine précédant le 10 décembre, concrétiser activement, avec le soutien de la population suisse, un travail de défense des droits humains. Une lettre est écrite en quelques minutes et, dans env. 50% des cas, a des retombées positives réelles. Plus les gens seront nombreux à prendre part aux actions de lettres, plus les perspectives de succès seront grandes. Dans ce contexte, les personnes qui écrivent une lettre contribuent à une action de grande envergure couvrant le monde entier.

Cette année, le Marathon de lettres contre la violation des droits fondamentaux des humains a une importance particulière : le 10 décembre 2018, il y aura exactement 70 ans que l’Assemblée générale de l’ONU adoptait la Déclaration universelle des droits de l’homme. La Déclaration stipule entre autres le droit à la liberté d’opinion et d’expression et condamne la torture, de sorte qu’elle est une importante pierre angulaire de l’Etat de droit démocratique.

Tous et toutes sans exception peuvent prendre part au Marathon de lettres. De nombreux groupes d’Amnesty vont inviter les gens à participer ; des actions publiques et l’installation de «bureaux» d’écriture de lettres sont prévues dans les rues, les gares et les grands magasins. Des classes d’école, des groupes de jeunes et des paroisses vont aménager divers «bureaux» d’écriture de lettres.